Par une belle fin de journée... [PV Rémus Lupin]

Aller en bas

Par une belle fin de journée... [PV Rémus Lupin]

Message  Oliver Black le Jeu 2 Mai - 20:38

C’était par une froide fin d’après-midi de Mai, Oliver venait de sortir d’une après-midi de cours intensifs et souhaitait prendre l’air quelque peu, afin de s’éclaircir l’esprit et briser la monotonie au château. En effet à part aller à la bibliothèque ou la salle commune il n’y avait guère de distractions au château. Certains de ses camarades préféraient aller chercher quelques noises aux Serpentards ou bien encore poursuivre les fantômes aux quatre coins du domaine.

Le jeune homme se sentait d’humeur nostalgique, mélancolique et souhaitait se balader le long du lac tout en observant le calme apparent de l’eau et d’essayer d’en deviner quelles créatures immondes pouvaient bien se cacher dans les tréfonds, au milieu des algues et de la vase.

Une légende voulait qu’un calamar géant ait trouvé refuge dans ces eaux noires et peu accueillante.
Personne ne s’était risqué jusqu’à présent à aller vérifier si la rumeur était véridique ou non, Oliver ne voulait pas non plus tenter l’expérience.
Le sentier qu’il suivait décrivait un cercle, contournant la berge du plan d’eau : la sortie était des plus vivifiantes bien qu’en ce mois-ci, le temps était assez frisquet.
Ça et là, on pouvait voir le long du sentier des fleurs et autres buissons rappelant la végétation des landes. Un vieux réverbère était planté là lui aussi, un vestige des années folles du siècle passé. Oliver pensa à quel point de nuit ce lieu pouvait être lugubre et n’échangerait sa fortune contre rien au monde pour y faire un tour à cette heure-là.

Il s’assit sur un des bancs et s’emmitoufla dans sa cape en réajustant son écharpe de sorte à ne pas laisser la petite bise fraiche percer les défenses de ses vêtements chauds.
Il sortit sa baguette magique du fourreau qu’il portait à la ceinture et la pointa droit en direction du ciel, surplombant le lac. Par une formule magique il créa un petit nuage noir, des volutes grisâtes sortirent de sa baguette. Puis dans un autre temps, avec une seconde formule, le nuage devint de plus en plus noir et l’on pu entendre le tonnerre et de la pluie commença à tomber à la surface de l’eau.
En rangeant sa baguette il eu un petit sourire, s’amusant de ce spectacle, il aimait voir la pluie tomber, et sur la surface de lac on aurait pu croire qu’il s’agissait de petites bombes qui implosait au contact d’un corps solide – liquide ici –.
Le jeune homme s’étira de tout son long sans pouvoir arriver à contenir un bâillement. Il faisait beau, il était jeune et l’avenir lui tendait les bras. Il ne pu s’empêcher de jeter un regard empli d’émotions au château, à cette bonne vieille école de Poudlard en se disant qu’il avait de la chance d’être ici.

La bâtisse lui rappelait son enfance, lui aussi avait grandit dans un château, enfin… dans un manoir appartenant à la branche parallèle des Black avec des touches à la Potter, puisque lui-même était le résultat de ces deux grands noms.
Il avait passé des journées entières à essayer d’explorer chaque recoin de la demeure familiale. Un jour il avait trouvé dans le vaste grenier une ancienne malle qui de loin semblait tout à fait inoffensive mais qui en s’approchant avait essayé de lui croquer une jambe. En voilà un objet enchanté peu commun.


Le Gryffondor s’étira une seconde fois en étirant si grand les bras qu’on pouvait croire qu’il essayer d’enserrer le ciel, tout en jetant sa tête en arrière, le bleu se reflétait dans ses iris.

« Décidément je ne suis pas au meilleur de ma forme, je devrai tenter de me coucher plus tôt dans les jours à venir si je veux tenir le rythme. » Dit-il à voix haute tout en se grattant la joue.
avatar
Oliver Black

Messages : 24
Date d'inscription : 01/05/2013
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Par une belle fin de journée... [PV Rémus Lupin]

Message  Remus Lupin le Lun 6 Mai - 21:59

J’ai l’impression que ces dernières semaines le temps a filé sans que je ne m’en rende à peine compte. Il y a quelques jours à peine on fêtait comme il se doit l’entrée de James dans le monde des adultes faussement responsables et aujourd’hui déjà voilà que le mois de mai a pris subrepticement ses quartiers de printemps, sans que personne n’en prenne vraiment conscience. Le plus surprenant c’est que le soleil se refuse à faire son grand retour. Le ciel a beau se découvrir plus souvent, les températures restent désespérément fraîches. Je resserre donc par habitude le col de ma cape pour empêcher la bise de me glacer les os.

Etonnement, malgré ce temps bien peu printanier, je suis pourtant heureux d’être dehors. En effet, la pleine lune approche à grands pas – pour être plus précis, elle sera là dans très exactement soixante-dix-sept heures et vingt-trois minutes – et lorsque tel est le cas, je développe un cas de légère claustrophobie. C’est le signe avant-coureur des envies de liberté de Moony. Plus nos esprits entrent en résonnance et plus ses désirs se superposent aux miens sans que je ne puisse correctement les distinguer. Que ce soit l’envie de chair de plus en plus crue, l’attraction pour les grands espaces ou tout simplement les pulsions territoriales. D’ailleurs, c’est là la raison pour laquelle je me dirige instinctivement vers « notre » coin. Celui où les Maraudeurs ont toujours l’habitude de traîner lorsque nous nous rendons près du Lac. Bien entendu, ce n’est pas comme si notre était gravé dans la pierre – quoique je crois me souvenir que James l’a bien proposé une fois – mais, c’est une règle non écrite. Après six ans, ce banc est celui des Maraudeurs et personne n’a jamais cherché à nous contester ce droit acquis par force d’habitude. Par conséquent, lorsque je m’en approche et que l’odeur d’une personne autre que celle de ma « meute » arrive à mes narines, je ne peux m’empêcher de ressentir une sorte d’agacement mal placé.

Mais ce qui me surprend bien plus c’est l’odeur de pluie qui se dégage de l’endroit. Il n’a pas plu récemment alors pourquoi ? La réponse à ma question ne tarde pas à arriver lorsque je m’approche un peu plus des lieux et que mon regard tombe sur un nuage solitaire qui déverse son chargement de tempête sur la surface du Lac. Dire que j’en suis surpris serait un bel euphémisme. La vision est des plus incongrues et je reste planté là à observer le phénomène pendant plusieurs minutes, me perdant dans la contemplation de cette anomalie atmosphérique sans doute aucun causée par un sort quelconque. Seulement, je ne cherche pas à trouver l’explication rationnelle qui expliquerait la scène, je me contente d’en profiter. Pour une raison étrange, voir la colère de la nature se déchaîner de manière si abrupte calme mes ardeurs.


-Décidément je ne suis pas au meilleur de ma forme, je devrai tenter de me coucher plus tôt dans les jours à venir si je veux tenir le rythme.

La voix sur ma droite me sort de ma contemplation silencieuse et je dois faire un effort sur moi-même pour ne pas pousser un grognement d’insatisfaction. Ce qui aide à calmer mon tempérament néanmoins est que j’ai immédiatement reconnu le propriétaire de la voix en question et que Moony, quant à lui, le classe dans la catégorie « amis ». Je me tourne donc dans la direction d’où la phrase venait et, comme je m’y attendais, je tombe sur la silhouette élancée d’Oliver en plein étirement. Amusé par la scène, un léger sourire se dessine sur mes lèvres tandis que je m’approche de lui et que je prends place à ses côtés, le taquinant gentiment.

-Et qu’est-ce qui te tient éveillé si longtemps mon vieux ? M’aurais-tu caché des choses ?

Ok, que celui qui a dit que je transpose mes sentiments sur lui se dénonce immédiatement ! Mes sentiments pour Cécilia n’ont rien à voir avec mes insomnies récentes. C’est … l’approche de la pleine lune, voilà ! Quoi, comment ça en règle général, ça a plutôt tendance à m’endormir ? Arrgh, j’ai horreur qu’on utilise la logique contre moi. Encore plus quand c’est ma propre conscience qui le fait. Ne me reste plus qu’à le reconnaître : oui, je dors mal ces temps-ci parce que je suis trop trouillard pour aller admettre mes sentiments à Cécilia en face à face et que je l’évite plus ou moins depuis quelques jours. Voilà, je suis pathétique, vous êtes contents ?
avatar
Remus Lupin
Resident werewolf


Messages : 233
Date d'inscription : 04/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum