Rencontre indésirée [S. Rogue]

Aller en bas

Rencontre indésirée [S. Rogue]

Message  Remus Lupin le Mer 3 Sep - 21:18

Je fuis les sons et les odeurs. Les éclats de rire trop aigus, les parfums trop puissants, tout m’agace au plus haut point. Le groupe de deuxième année s’excitant autour d’une partie de Bataille Explosive, le couple de quatrième année s’embrassant sans discrétion aucune dans le canapé près de l’entrée, jusqu’à la septième année révisant compulsivement près de la fenêtre - probablement dans l’optique des ASPICs à venir - dont je trouve le tournage frénétique des pages à la limite du supportable. J’aurais finalement mieux fait d’accompagner Peter regarder James et Sirius s’entrainer. C’est juste que, sur le moment, l’idée de l’écouter s’extasier toute l’après-midi sur les prouesses de James – mais regarde un peu la fluidité avec laquelle il vient d’effectuer ce looping Moony ! – ne m’avait nullement attiré. Au contraire, j’avais craint de finir par l’étrangler sur place. Disons que Pete a encore tendance à oublier que ma patience a des limites extrêmement vites atteintes l’avant-veille d’une pleine lune. En effet, si la veille je suis incapable de faire de mal à une mouche, les douleurs préparatoires à la transformation m’occupant bien trop pour que je me préoccupe de qui que ce soit, le jour précédent je suis toujours d’humeur massacrante.

Mes sens déjà surdéveloppés en temps normal s’accentuent encore plus et il devient impossible de vivre en paix. Le moindre grattement d’une plume sur du parchemin, le simple éternuement d’une personne à plusieurs mètres de moi résonne comme un boucan épouvantable. Et que dire des odeurs ? Avez-vous déjà croisé une équipe de Quidditch se dirigeant vers les douches quand votre odorat est semblable à celui du meilleur des chiens de chasse ? Autant vous dire que se retenir de rendre votre déjeuner n’est pas évident ! Alors lorsque le fumet tout simplement vomitif d’une Bombabouse atteint mes narines, je tourne un regard à faire se glacer le sang de plus d’un sur un trio de première année qui vient de faire son entrée. Puis, je me lève du canapé où j’ai passé une bonne partie de l’après-midi à tenter en vain de me distraire en me plongeant dans l’univers passionnant de Tolkien et me dirige à grands pas vers les fautifs. Ils ne me sentent pas arriver et quand je m’adresse à eux, ils sursautent, fait qui réjouit la bête en moi. Moony apprécie de démontrer qu’il est l’alpha.


-Si ces Bombabouses explosent dans l’enceinte de cette Salle Commune, je ne réponds de rien.


Ma voix est plus rauque que d’habitude et ils comprennent bien vite que je ne rigole pas. C’est le préfet qui parle et pas le Maraudeur et, qui plus est, le préfet qui cherche le moindre prétexte pour déverser toute sa frustration à l’idée de devoir encore subir son calvaire mensuel dans moins de quarante-huit heures sur le premier venu. Dans un couinement bien peu viril, ils me promettent que ça n’arrivera pas et décampent aussi vite. Je leur emboîte ensuite le pas, décidant que quitte à être incapable de lire, autant que j’aille chercher la tranquillité hors de la Salle Commune.

Je descends les escaliers de la Tour de Gryffondor puis, prenant la direction opposée à la Grande Salle – il est hors de question que j’entre dans l’endroit le plus peuplé du château durant les weekends – je me dirige à l’oreille. Autrement dit, je choisis mon chemin en recherchant les directions d’où ne provient aucun bruit. Et c’est ainsi que je me retrouve bientôt au troisième étage face à un escalier que je n’ai encore jamais emprunté et, à l’aune de nos escapades nocturnes et de la création de la Carte du Maraudeur, ce n’est pas peu dire. Cependant, le silence est complet dans cette partie du château et c’est tout ce qui compte, je ne suis même pas assez en forme pour que ma curiosité prenne le dessus. Si je découvre une partie inconnue du château au passage, ce sera un bonus apprécié mais ce n’est pas pour ça que je m’y dirige. Sauf qu’une fois que les escaliers m’ont déposé face à un couloir inconnu, j’ai comme un mauvais pressentiment. Et, si près de la pleine lune, mes instincts animaux ont rarement tort, je m’apprête donc à faire demi-tour lorsque je réalise que les escaliers m’ont gentiment planté là, abandonnant leur poste. Saletés !

N’ayant plus d’autre choix, je commence donc à explorer le couloir. Il semble donner sur un étage inoccupé composé d’anciennes salles de classe. J’essaye d’en ouvrir plusieurs mais elles résistent toutes à mes Alohomora. Je suis donc sur le point de retourner du côté des escaliers pour m’asseoir et prendre mon mal en patience en attendant qu’ils reviennent – après tout je voulais la paix, je l’ai non ? – lorsqu’aperçois une porte ouverte un peu plus loin. Je m’en approche donc et quelle n’est pas ma surprise – mauvaise soi-dit en passant – lorsque que je reconnais immédiatement la silhouette qui me tourne le dos. Rogue. Une moue plus que contrariée fait son apparition sur mon visage et j’essaye de quitter les lieux sans me faire remarquer mais pas de chance, il se retourne. Il ne me reste plus qu’à lui faire face maintenant, pour autant que Moony n’ait qu’une envie : lui arracher les boyaux avec les dents et s’en faire un festin. Parfait donc ! Je me retrouve avec le seul élève au courant de ma lycanthropie et qui me méprise, me déteste et me craint pour cette même raison, le tout l’avant-veille d’une pleine lune. C’est officiel Merlin me hait.


Dernière édition par Remus Lupin le Ven 17 Oct - 19:27, édité 1 fois
avatar
Remus Lupin
Resident werewolf


Messages : 233
Date d'inscription : 04/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre indésirée [S. Rogue]

Message  Severus Rogue le Jeu 4 Sep - 23:22

Des gamins, ce sont tous des gamins imbéciles et immatures. Je ne savais pas ce qui me retenait de leur jeter un mauvais sort. Entre les premières années qui s'amusaient avec toutes sortent de bêtises sortis de stupides magasins comme sorts et attrapes où l'on vend bombabouses et autres stupidités et les troisièmes qui s'amusaient à jeter les sorts les plus horribles qu'ils avaient appris à utiliser en cours pour pouvoir les utiliser sur les Gryffondor, je n'arrivais pas à me concentrer sur ce livre de magie noire que je tentais désespérément de comprendre. Jusqu'à maintenant je n'avais jamais vu de formule aussi complexe.

Agacé, je finis par fermer le livre d'un coup sec. Je me levai de la chaise et pris le livre qui se trouvait sur la table la plus éloignée des gens qui m'entourent. Je me dirigai vers la sortie, en n'omettant pas au passage de jeter un regard noir aux premières années tout en disant d'un tont le plus méprisant possible :


« Vous devriez avoir honte d'être à Serpentard, nous sommes dans une maison noble, ses enfantillages ne sont bons que pour ses trolls de Gryffondor »

J'observai avec satisfaction le regard de peur et de dégout qu'affichèrent les premières années. Enfin avant de me rappeler bien vite, que j'étais respecté en partie à cause (ou grâce) de mes relations. Cela me gâcha une partie de ma satisfaction. Je rangeai dans un coin de mon cerveau, la promesse d'être respecté et craint par tous, une fois adulte.

Je marchai lentement dans les couloirs froids du cachot. J'aimais le froid, mes muscles se relâchaient à chaque fois que je marchais dans le froid. Je fermai quelques instants les yeux et savourai le froid ainsi que le silence. Mais bientôt, celui-ci fut rompu par une bande de gamin, bien trop bruyant. Décidément je ne pourrais jamais profiter de la tranquillité ! Une fois de plus excédé, j'accélérai le pas et me dirigeai vers les étages. Je dus pour ça passer devant la Grande Salle. Le brouhaha était intense. Je me demandai comment les personnes pouvaient supporter autant de bruit et l'apprécier. Je fis une moue de dégout en voyant deux personnes rigolé ensemble et je montai les escaliers. Je ne regardai pas vraiment où j'allai, car j'étais dans mes pensées, mais, il me sembla que j'étais plus ou moins au troisième étage.

Toujours est-il, que je me trouvai dans un endroit, jusque-là inconnue. Il y avait plusieurs portes, qui étaient toutes fermés et qui résistaient à mes alohomora. Je voulus utiliser la magie noire avant de me souvenir que j'étais à Poudlard et que Dumbedlore saurait que quelqu'un serait entrant d'utiliser un sort interdit et qui serait cette personne, aussi, je m'abstins de toute magie. Je m'aperçus alors qu'il y avait une porte qui était à l'écart des autres et qui était moins grande. Elle n'était pas fermée.

La salle était vide, à l'exception de bureaux et de chaises à l'évidence cassés remplis de toile d'araignée et jeté pêle-mêle. Cette salle avait dû servir de débarras il y a bien longtemps. Ce serait parfait pour lire mon livre de magie noire tranquillement. Là j'étais sûr que personne ne viendrait l'embêter. Mais il ne faisait pas assez froid à mon goût. Je jetai un sort pour que la salle se refroidisse et un autre pour ouvrir les voler jusque-là fermer. Je regardai la salle avec plus d'attention cette fois-ci. Elle était sombre, pleine de toile d'araignée et je crus entendre un bruit de souris. À moins que ce ne soit un rat ?


J'étais en train de chercher un endroit où m'installer quand j'entendis ce qui semblait être une voix rauque, sûrement d'homme. Mais je crus rêver et en passa outre. De toute façon je venais de trouver un endroit où m'installer. Mais j'entendis ensuite un bruissement de vêtement derrière moi. Je me retournai avec l'intention de faire peur à cet intrus et de lui demander sèchement de partir, mais qu'elle ne fut pas ma surprise quand je me retrouvai nez à nez avec mon pire ennemi et lycanthrope, Remus Lupin.

Lui non plus ne semblait pas heureux de se retrouver nez-à-nez avec moi. Évidemment ! Maintenant il devait avoir quelques remords d'avoir essayé de me tuer... enfin si les loups-garous en avaient des remords.

Puis ce fut avec horreur que je me rendis compte que la pleine lune était dans deux jours. Lupin devait être de très mauvaise humeur. Je lui dis la première chose qui me vint à la tête :

« Qu'est-ce que tu fais ici ? Ce n'est pas possible de vouloir être seul dans ce château ? Dégage »

Ça avait était moins sec que je ne voulais et j'étais sûr que le loup-garou pouvait sentir ma peur.
avatar
Severus Rogue

Messages : 24
Date d'inscription : 20/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre indésirée [S. Rogue]

Message  Remus Lupin le Lun 8 Sep - 22:40

Les effluves de peur mal contrôlée m’assaillent les narines dès que le regard haineux de Rogue croise le mien. Il tente bien de cacher sa frayeur derrière un agacement non feint mais les relents de panique sont trop présents dans l’atmosphère pour qu’il puisse duper mes sens exacerbés par l’approche de la pleine lune. Instinctivement, je fais mine de montrer des dents face à ce que Moony ressent comme une agression dont il ne convient pas de se détourner sans réagir. Il serait d’ailleurs si facile de laisser libre cours aux instincts primitifs qui m’envahissent sur le moment pour traumatiser à jamais le type dont la curiosité mal placée a failli me coûter non seulement l’expulsion mais aussi la vie. Parce que je vous assure qu’adolescent ou non, si j’avais tué Rogue sous ma forme lupine, j’aurais été exécuté sans procès. Mais, la partie rationnelle de mon esprit ne m’a pas encore complètement quitté et je fais un effort littéralement surhumain pour brider les envies meurtrières de Moony. Il faut pour cela que je me rappelle que le professeur Dumbledore a déjà eu suffisamment de mal à obtenir le silence de Rogue et qu’il serait par conséquent d’une ingratitude totale de le provoquer sans raison. Bon pas exactement sans raison puisque c’est lui qui a commencé mais ce genre de raisonnement digne d’un enfant de quatre ans ne me ferait pas vraiment honneur. Je me construis donc un masque de calme apparent brisé néanmoins par un léger énervement toujours perceptible et lui répond sur le ton le plus sec que je possède.

-Ce que je fais ici ne te regarde en rien et je n’ai certainement pas d’ordre à recevoir de toi. Cela étant dit, tu n’es pas le seul à préférer la solitude à une mauvaise compagnie mais au vu de l’absence notable des escaliers au bout du couloir et de l’impossibilité à ouvrir aucune des salles adjacentes, nous sommes coincés ensemble.


Je suis incapable de retenir une moue dépitée passagère de faire son apparition sur mon visage à cet instant mais je la fais bien vite disparaître pour continuer mon petit discours.

-A moins bien sûr que tu n’aies envie d’attendre notre délivrance dans le couloir auquel cas je ne t’en empêcherai certainement pas. Mais il est hors de question que je le fasse alors qu’il y a ici des chaises bien plus confortables que le sol là dehors. Reste à savoir si tu te sens capable d’être civil avec moi jusque-là. Parce que ne crois pas que je ne vois pas que tu es terrifié à l’idée que je te saute dessus mais crois-le ou non mais l’idée de t’égorger n’est pas la première avec laquelle je me lève le matin et la dernière avec laquelle je m’endors le soir. Je ne te ferai pas l’affront de te dire que je t’apprécie, loin de là, je trouve que tu es un type intolérant, profondément désagréable, avec une passion malsaine pour la magie noire et qui a réussi l’exploit de s’aliéner une des filles les plus adorables que je connaisse par pure jalousie mais je ne prétendrai pas avoir le droit de te juger pour cela. Chacun ses défauts et Merlin sait que j’en ai une dose conséquente. Alors, tout ce que je demande c’est qu’on se fiche mutuellement la paix.

Bon bien entendu c’est plus facile à dire qu’à faire quand ma moitié animale ne cesse de me répéter que j’ai une proie parfaite à disposition. A vrai dire, je suis assez surpris d’avoir réussi à trouver en moi les réserves suffisantes de patience pour me contenter de propos relativement pacifiques bien que nullement édulcorés – au contraire – plutôt que d’avoir sauté sur l’occasion qu’il m’offrait sur un plateau de commencer une dispute avec lui. Parce que je vous assure que si j’ai beau avoir la réputation – méritée avouons-le – d’être le Maraudeur le plus posé du groupe, je suis loin d’être un ange, encore plus quand mes hormones sont complètement déréglées par l’arrivée de la pleine lune. Par conséquent, il en faudra peu pour que toute mon inimitié pour le Serpentard face à moi ressorte. Mais, en attendant, la balle est dans son camp comme dit le dicton.

Spoiler:
Hj : Bon, honnêtement, ce n’était pas exactement ce que j’avais prévu à la base (bon OK j’avoue je n’avais rien prévu du tout..) mais le fait est que c’est sorti comme ça. A toi de voir comment tu veux faire réagir Servychou à tout cela. Néanmoins, si quoique ce soit te dérange, n’hésites pas à m’envoyer un MP Smile


Dernière édition par Remus Lupin le Ven 17 Oct - 19:26, édité 1 fois
avatar
Remus Lupin
Resident werewolf


Messages : 233
Date d'inscription : 04/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre indésirée [S. Rogue]

Message  Severus Rogue le Mer 17 Sep - 0:25

Mais c’est qu’il me montre les dents ! La colère, ce tourbillon de sentiments incontrôlables monta soudain, j’avais envie de frapper ce sale loup-garou. Mais la peur avait augmenté en même temps que ma colère et ce fut celle-ci qui m’empêcha de toute action, à part celle de jeter un regard encore plus noir, s’il est possible. Pendant plusieurs secondes qui me paraissent être des siècles, Lupin semble vouloir me tuer, puis après ce qui semble être un instant de pensée humaine, il range ses dents, comme le bon toutou qu’il veut faire croire qu’il est. Je lui lance un rictus méprisant, pour lui montrer que je sais, je sais ce à quoi il pensé, je sais quelles sont ses pensées les plus noirs. Je le provoque délibérément. Mais je reste parfaitement immobile, car cette peur, ce sentiment que j’aimerais ne jamais sentir, qui me trahie corps et âme, cette peur m’empêche de faire le moindre mouvement, car cette peur me dit qu’au moindre mouvement le loup-garou me sautera à la gorge.

Quand Lupin, dans un ton qui lui sembla bien arrogant, mentionna l’absence d’escalier le regard paniqué de Severus se dirigea vers l’endroit où devait se trouver ceux-ci. Puis il regarda les portes et regretta ne pouvoir utiliser la magie noire. Le loup-garou aurait pu ainsi s’enfermer dans une des pièces et le laisser tranquille. En reportant son regard vers celui de l’autre, il remarqua sa moue dépité, ces soupçons se confirmèrent, aucun des deux n’était ravie d’être ensemble. Pendant tout ce temps le loup-garou avait finis son discours pédant.

- Tu dis que les portes sont fermés, mais pourquoi aurais-je confiance en une personne comme toi ? Peut-être n’es-tu pas assez fort, peut-être que ta place n’est pas à Poudlard.


Oui, il avait décidé de le provoquer, et, fait insoupçonné en vue de la situation, il en retira du plaisir. Il décida de continuer.

- Si les portes ne s’ouvrent toujours pas, tu peux prendre une de ses chaises qui te semble tellement confortable et la mettre dans le couloir, de cette façon tu pourras être dans le couloir avec tout le confort que ta petite nature requiert. Cette salle, j’y suis arrivé en premier, elle m’appartient, je comptais m’y reposer loin de toute personne indésirable et voilà que je devrais la partager avec la pire de toute ! Je sais que tu me mens, je sais que chaque jour, chaque heure, chaque seconde tu rêves de me tuer, tu rêves de mon sang, tu étais tellement sûr de l’obtenir ce soir-là ! Ton ami Potter a du te décevoir tellement ! Non, je ne pourrais pas être civil avec un monstre ! Oui ! Monstre ! Comment oses-tu me parler de magie noire quand je sais ce que je suis ! Et ne t’avises pas de parler de Lily, ce que j’ai fait étais une erreur, tout ça est de la faute de Potter et de Black. Et oui toi aussi tu as de nombreux défauts, et pas des petits ! Tu as raison Lupin, le mieux est la paix, donc prends cette fichue chaise, va au couloir et pour plus de calme je ferme la porte, tu fais tes affaires, je fais les miennes et quand l’escalier reviens tu pars.

Severus était tellement énervé ! Comment osait-il parler de Lily ! Comment cette jeune femme si intelligente pouvait ne pas voir ce qu’était Lupin et être amie avec lui ! C’était une chose qu’il ne s’expliquait pas. Et maintenant il ne voulait plus pratiquer de la magie noire !

Sans se l’avouait, Severus commença à ressentir de la tristesse, cette tristesse si constante, qu’elle l’enveloppée comme une main froide. Une main froide qu’il ressentait dans tout son corps, tous ses muscles, tous ses organes, une main froide tellement habituelle qu’il ne la ressentait presque plus. L’envie de pleurer allait arriver, il ne le savait pas encore, mais elle allait arriver, d’ailleurs son regards se radoucit sans qu’il ne s’en rendit compte, ce n’était plus de la peur dans son regard, ce n’était plus de la colère. C’était de la tristesse, une tristesse profonde, une demande d’aide informulé, une détresse profonde.

Une détresse, une tristesse, une demande d’aide, une envie de pleurer qu’il commençait à ressentir. Lupin devait partir. Severus devait fermer cette porte. Il envoya une chaise hors de la salle et claqua la porte.

C’était bon. Il était en sureté, il pouvait pleurer en tranquillement s’il le désirait.


Désolé !!!!:
Salut, désolé, désolé, désolé, je suis vraiment désolé de ce reatard, je voulais le faire ce Week-End mais je n'avais pas internet
Et sinon moi la tournure me va très bien, mais si tu as un problème n'hésite pas à le dire.

Encore désolée Embarassed Embarassed
avatar
Severus Rogue

Messages : 24
Date d'inscription : 20/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre indésirée [S. Rogue]

Message  Remus Lupin le Ven 19 Sep - 19:28

Contrôle-toi Lupin, con-trôle-toi ! Ne le laisse pas gagner la partie, ne lui offre pas la satisfaction de constater que ses remarques désagréables t’atteignent. Peu importe qu’elles viennent réveiller tes pires peurs. Et en particulier celle de ne pas être à la hauteur, d’être plus monstre que sorcier. Tu sais pertinemment que ce ne sont que sa peur et ses préjugés qui parlent pour lui. S’il était honnête avec lui-même une seconde, il serait bien obligé de reconnaître que mes notes sont tout aussi brillantes que les siennes et qu’il n’y a aucun problème avec mes capacités magiques. Mais ce n’est pas une nouveauté, Rogue n’est pas connu pour être de bonne foi. Il préférerait mille fois se mordre la langue jusqu’au sang plutôt que d’avoir à déclarer que mon niveau scolaire et le sien se valent. Alors, il fait appel au système de défense humain le plus vieux qui soit : blesser l’autre pour qu’il s’en aille et vous fiche la paix.

Et je lui accorde qu’il est très doué pour ça. Il me crache toute sa haine à la figure, en particulier lorsque le sujet Lily arrive sur la table sauf qu’au début je n’arrive pas à le prendre vraiment au sérieux. Il croit sincèrement que l’essentiel de mes journées est passé à regretter de ne pas avoir pu en finir avec sa vie ? Et bah bonjour l’égocentrisme ! Pourtant mon amusement se tourne bien vite en amertume lorsqu’il me traite à nouveau de monstre et m’explique que l’incident avec Lily n’était qu’une erreur. Il en a du culot ce c** ! Une erreur ? Un monstre ? Qui sait qui envisage de rendre hommage à un putain de meurtrier déjà ?! Il m’accuse d’en vouloir à sa vie mais son « maitre », lui, en veut à la vie de tous les Nés-Moldus et pour autant que l’insulte qu’il a usé sur Lils fût une « erreur », cela ne change rien au fait qu’il a choisi un camp qui voudrait voir disparaître l’existence même d’un groupe dont fait partie celle qui était censée être sa soi-disant meilleure amie ! Alors ses critiques il peut se les foutre là où je pense !

La colère reprend peu à peu ses droits et je sens le peu de contrôle que j’ai réussi à garder partir en fumée lorsqu’il balance une chaise hors de la salle. Alors, avec un dernier regard noir je quitte les lieux pour aller me détendre dans le couloir. Après tout, il a raison, pourquoi se supporter si on peut s’éviter ? Sauf que quand il ferme la porte dans un claquement derrière moi, la rage s’empare de nouveau de moi. Moony me propose d’enfoncer la porte et de lui donner une véritable raison de me craindre cette fois-ci et j’ai honte d’admettre que l’idée me semble brillante un instant. Mais ça c’est jusqu’à ce qu’une odeur aigre-douce arrive à mes narines qui me stoppe net dans mes envies meurtrières. Je reconnaîtrais ce fumet oppressant n’importe où. C’est celui de la tristesse. Mais de la tristesse profonde et angoissante, celle qui vous enveloppe tout entier et ne vous laisse plus respirer. Celle des cœurs brisés et des âmes en morceaux. Je ne la connais en effet que trop. C’est probablement même une des premières odeurs que j’ai appris à reconnaître. Après tout, mes parents en sont toujours imprégnés jusqu’à l’os lorsqu’ils me regardent. Car depuis ce jour fatidique ils voient en moi tous leurs rêves d’avenir brisés. Et pour autant que leur amour n’ait jamais vacillé, il n’en reste pas moins que leur regard est toujours teinté d’une nostalgie de ce qui ne pourra jamais revenir. Leur parfait fils humain. Celui qui ne devait pas partager son corps avec une bête sanguinaire. Enfin ce qui est fait est fait et depuis je sais reconnaître l’odeur douçâtre de la tristesse du premier coup. Et en ce moment encore plus étant donné que James est touché à son tour depuis la mort de Mrs Potter. C’est qu’on a beau essayer de lui remonter le moral, il n’en reste pas moins que la mort d’une mère ça ne s’oublie pas du jour au lendemain.

Mais revenons au moment présent. Si l’odeur de la tristesse imprègne soudain les lieux, il ne peut y avoir qu’une seule explication. Rogue est déprimé. Parce que ça ne vient pas de moi et nous sommes les deux seuls habitants de cet étage, s’il en était autrement je l’aurais senti. Or, à ma grande surprise, je suis pris de court face à cette situation. Je ne sais pas comment réagir. La logique voudrait que je prenne la chaise au sol et que je m’installe le plus loin possible de la porte pour avoir la paix. Sauf qu’avec mes sens exacerbés par l’approche de la pleine lune, je sais qu’à moins de quitter les lieux définitivement - ce qui n’est pas une possibilité pour le moment - je ne pourrais échapper à la tristesse ambiante. Pourtant croyez-moi ce n’est pas faute d’envie. Je me retrouve donc dans la situation particulièrement inconfortable de devoir faire face à la tristesse d’un type que je n’apprécie nullement. Reste à savoir si j’y fais face sans qu’il soit au courant ou en prenant mon courage à deux mains et en ouvrant la porte de nouveau.

Au bout de quelques minutes de réflexion et alors que l’ambiance se fait de plus en plus pesante, je finis par décider que, peu importe que je n’apprécie pas Rogue, personne ne mérite de craquer en pensant être seul alors qu’il ne l’est pas vraiment. La moindre des choses est donc de prévenir Rogue que je suis au courant de son mal être. Plus facile à dire qu’à faire. Je prends cependant mon courage à deux mains et ouvre la porte avec précaution. La tristesse est plus forte encore ici et elle me frappe de plein fouet quand j’entre. Si la situation avait ne serait-ce qu’un semblant de normalité, je lui demanderai ce qui ne va pas mais, petit un, je me doute très bien de ce qui ne va pas et, petit deux, ce n’est pas comme si j’étais la personne adéquate pour le consoler. Je me force cependant à ouvrir la bouche et à prononcer la seule phrase qui me paraît à même de ne pas me faire passer pour un crétin fini. Si c’est seulement encore possible :


-Je suis désolé d’avoir évoqué Lily. C’était totalement déplacé.


Dernière édition par Remus Lupin le Ven 17 Oct - 19:25, édité 1 fois
avatar
Remus Lupin
Resident werewolf


Messages : 233
Date d'inscription : 04/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre indésirée [S. Rogue]

Message  Severus Rogue le Lun 6 Oct - 19:51

*Lily ! Lily ! Qu’est-ce que je t’ai fait ? Pourquoi t’avoir traitais de sang-de-bourbe ? Pourquoi t’avoir insulté ? Je t’aime Lily ! Je t’aime d’un amour tellement puissant qu’aucuns mots, qu’aucune poésie que tu m’as montrée ne pourrait être assez forte pour décrire ce que je ressens. Je t’aime ! Excuse-moi pour ce que je t’ai fait ! Je t’aime ! Excuse ma bêtise, excuse ma méchanceté, je veux me racheter, je veux devenir quelqu’un de bien, quelqu’un qui serait à ta hauteur. Non ! Jamais je ne pourrais arriver à ta cheville, personne ne le peux. Mais je t’aime tellement que s’en est douloureux, maintenant que tu me méprises, maintenant que ton regard, pas une seule fois ne me regarde, maintenant que tu n’as d’yeux que pour ce Potter qui te mérite encore moins que moi, mon amour devient d’une douleur désagréable, mon cœur se serre en te voyant, je me noix dans une tristesse sans fin, mon sang me brule et une horrible envie de hurler m’envahie. Hurler ma douleur, hurler mon amour, hurler ma tristesse, hurler. Quand j’étais avec toi, j’étais heureux, ma vie avait un sens, je voyais l’avenir presque de façon optimiste, maintenant ma vie n’est que pessimisme, la vie n’a aucun sens, l’avenir est sombre. Et tout ça à cause de moi, tout ça car j’ai été imbécile, tout ça parce que je t’ai insulté, tout ça pour une fierté mal placé, j’ai tout gâché, excuse-moi Lily pour avoir gâchée cette belle amitié, je ne t’ai jamais mérité mais tu avais accepté être mon amie, maintenant je n’ai plus rien*

Les larmes coulaient à flots, ces épaules tremblotaient discrètement mais rapidement mais il n’y avait aucun sanglot qui sortait de la bouche de Severus. Il avait appris à pleurer silencieusement quand ses parents le battaient. Mais sa détresse était réelle, plus les secondes avancé et plus il s’enfoncé dedans. Il s’en voulait tellement ! Pourquoi avoir choisi ce chemin ? Pourquoi ne pas avoir écouté Lily ? Ne pas avoir choisi le bonheur au lieu de la tristesse. Peut-être était-ce la seule chose qu’il méritait ? Après tout il était un monstre ! Même le loup-garou le pensait ! Son amitié avec Lily avait été une erreur et elle s’en était rendu compte le jour où il l’avait insulté.

Aveuglé par ses larmes il regarda la salle et essaya de trouver un endroit sombre où pouvoir pleurer encore plus. À la lumière du jour il ne parvenait pas à ce lâchait complètement. C’est une fois dans un coin sombre, caché de toutes personnes susceptibles de le voir par des bureaux et des chaises, qu’il laissa que la tristesse prennent le contrôle de son corps, et les sanglots vinrent. Ils étaient puissants, plaintifs, on pouvait percevoir que la tristesse de Severus était sans fin. Rien ne semblait pouvoir le calmait.

Ce fut à ce moment que la porte s’ouvrit et que Severus entendit une voix : celle de Lupin.
Il disait être désolée d’avoir parlé de Lily. La colère vint s’ajouter à la tristesse, ça lui faisait une belle jambe qu’il soit désolé ! Le mal était fait ! La tristesse ne partirait pas avant des semaines, le temps qu’il réussisse à prendre le dessus, une envie de tuer le loup-garou prit le dessus.

«Sombre crétin ! Tu n’aurais pas pu y penser avant ! »

Mais il ne fallait surtout pas qu’il sache qu’il était triste. Comme il était caché, il ne pouvait pas voir ses larmes. Pendant qu’il les essuyait il lui dit en sifflant :

« De toute façon tu n’aurais pas dû ouvrir la bouche tout simplement, le sujet de Lily n’est pas plus important que le reste, je ne vois pas ce qui t’aurais fait dire le contraire. Que je dise qu’elle est intelligente c’est objectif, tout comme il est incompréhensible qu’elle soit amie avec quelqu’un comme toi. Ce qui aurait pu être pu paraître de l’affection pour elle n’en est rien. Je ne regrette en rien ce que j’ai dit. Je voulais tout simplement te faire sentir coupable et j’ai réussi, maintenant tu peux aller dehors, car j’ai gagné une fois de plus. Part si tu veux maintenir cette fichue paix. »

Le loup garou était obligé d’y croire. Il ne fallait surtout pas qu’il se doute qu’il avait été touché par ce qu’il lui avait dit. L’envie de pleurer revenait. Il n’allait pas pouvoir retenir ses larmes longtemps, il fallait qu’il parte et maintenant. Mais ce qu’il lui avait dit ne lui semblait pas assez blessant pour qu’il ait envie de partir. Alors il dit à demi-voix pour que Lupin pense que ce qu’il disait ne lui était pas destiné :

« La paix avec un loup-garou ! Moi qui ai envie de les tuer ! »

Avec ça soit Lupin essayerait de le tuer soit il partirait, mais une chose était sur il ne s’excuserai pas pour ses propos et n’essayerait pas de l’aider, bien qu’au fond, Severus en avait bien besoin.

Spoiler:
Désoléeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee Embarassed Embarassed . J'avais beaucoup de devoir et pas d'internet le week-end.
avatar
Severus Rogue

Messages : 24
Date d'inscription : 20/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre indésirée [S. Rogue]

Message  Remus Lupin le Ven 10 Oct - 19:05

Ses essais de me convaincre qu’il n’a pas été affecté par mes mots seraient louables s’ils n’étaient pas contredits par tous les signaux corporels qu’il m’envoie inconsciemment. Outre l’odeur de ses larmes difficile à éviter, sa voix tremble très légèrement dès qu’il prononce le nom de Lils. Un humain normal ne l’aurait probablement pas perçu mais, sens surdéveloppés obligent, mes oreilles sont capables de faire la différence. Sans compter qu’il me prend sans doute aucun pour un débile mais je n’en suis pas un, loin de là. Et, je les ai fréquentés – lui et Lils – suffisamment longtemps pour avoir pu constater que leur amitié était réelle et fondée sur des bases solides. Je refuse donc de croire qu’il a pu passer à autre chose aussi facilement, peu importe ses énormes problèmes de caractère. D’ailleurs, comme pour confirmer, mes conjectures le simple fait qu’il utilise le terme « gagner » pour décrire la situation actuelle démontre que tout ce qu’il raconte n’est qu’un paquet de mensonges.

Qui parlerait de la rupture d’une amitié comme d’une victoire ou une défaite ? C’est bien plus grave que ça. Il ne s’agit pas de se montrer le plus fort, « l’incident » durant lequel Sirius dévoila involontairement mon secret l’a bien démontré. Lorsque l’on confond amitié et désir d’être supérieur à un autre, on brise les liens sacrés de l’amitié. Si l’on considère qu’il y a un gain ou un inconvénient dans sa relation à quelqu’un c’est qu’on ne le valorise pas vraiment. Il ou elle n’est rien de plus qu’un faire-valoir. Et Lily était bien plus que ça aux yeux de Rogue. Il suffit de voir qu’il a continué à traîner avec elle alors que toutes leurs fréquentations étaient contre. Et puis, il a fini par craquer sous la pression. Du moins, c’est comme ça que j’envisage la situation. Ça ne justifie rien et je continue à le mépriser profondément pour son besoin de faire se sentir tout le monde aussi misérable qu’il n’est lui-même mais ça explique beaucoup de choses.

Mon problème est que peu importe que je sois capable de lire entre les lignes dans ses propos, ça ne résout pas mon problème : à savoir est-ce qu’il vaut mieux que je le laisse en paix ou que je me mêle de ce qui ne me regarde pas ? Une grande partie de moi voudrait juste se tirer, je l’ai prévenu que j’étais au courant de sa détresse, s’il veut continuer à chialer en paix, c’est son droit et ça ne me concerne pas. Le problème c’est que ma fichue conscience se refuse à laisser quelqu’un dans la détresse quand je pourrais faire quelque chose pour aider, même si la personne est désagréable au possible.

J’en suis donc toujours là de mes débats internes lorsque j’entends une phrase qu’il n’a clairement prononcée que dans le but me provoquer. Une idée germe alors dans mon esprit. Discuter avec lui ne servira à rien, jamais il ne se confiera à moi. Mais je peux au moins l’aider à se défouler physiquement. Ce n’est pas comme si je risquais quoique ce soit, ce serait plutôt le contraire. D’ailleurs, il va falloir que je fasse terriblement attention à ne pas me laisser trop emporter ou Moony se fera un plaisir de terminer ce qu’il avait commencé sans mon consentement lors du fameux « incident ». Je déclare donc à voix haute avec tout l’orgueil dont je suis capable


-Et bien tente donc ta chance puisque tu en crèves d’envie. Tu en as un juste devant toi qui n’attends que ça. Puisqu’apparemment tu es si fier d’avoir gagné contre moi, pourquoi ne pas voir un peu qui s’en sort mieux baguette en main ? Après tout, il est plus que temps que je te démontre un peu qui de nous deux est le meilleur duelliste.


Oui c’est totalement enfantin comme réaction et il y a de grandes chances que l’approche de la pleine lune et les tendances violentes de Moony aient grandement influé sur ma décision mais je ne peux m’empêcher de penser que c’est aussi une façon de lâcher enfin la tension qu’on retient respectivement en permanence. Car, il suffit d’avoir les yeux en face des trous pour se rendre compte que nous sommes deux bombes à retardement. Lui depuis que Lily qui était le seul barrage existant entre sa rage contre le reste du monde et ledit monde et moi depuis que Greyback m’a mordu. Ainsi, nous vivons tous les deux dans un combat permanent contre nos tendances les plus dangereuses et les lâcher enfin contre quelqu’un en mesure de se défendre, voire de contre-attaquer tout aussi violemment est peut-être très exactement ce dont nous avons besoin. Alors bien sûr si James ou Sirius m’entendaient, ils tomberaient à la renverse – la voix de la raison prônant une solution violente ! – sauf qu’ils ne sont pas là et que j’ai eu une journée de merde.

Spoiler:
HJ : Un peu court désolée mais j’espère que la direction que j’ai prise te plaira et t’inspirera.


Dernière édition par Remus Lupin le Ven 17 Oct - 19:24, édité 1 fois
avatar
Remus Lupin
Resident werewolf


Messages : 233
Date d'inscription : 04/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre indésirée [S. Rogue]

Message  Severus Rogue le Ven 17 Oct - 0:16

*Mais tu vas partir oui ? Non ! Je ne souffre pas ! Arrête, je ne veux pas que tu le vois, s’il te plait*
C’était un supplice que jamais il ne prononcerait à haute voix, au grand merlin jamais, surtout pas devant un loup-garou, d’ailleurs celui-ci ne semblait pas en colère par sa dernière phrase, il devait savoir que c’était pour le provoquer, mais pourquoi ne partait-il pas ? Pourquoi ne l’ignorait-il pas ? C’était quoi son problème ? Mais qu’il dégage le loup-garou qui est pour la non-violence, qu’il dégage. La tristesse était de plus en plus cachée par sa tristesse. Elle était de nouveau enfouie, la colère prenait place. Il avait envie de hurler toute sa colère, il avait envie de hurler sa haine au monde entier, son incapacité à aimer à part Lily, sa haine envers tous ceux qui n’était pas comme lui, il avait désespérément besoin d’un échappatoire, il avait désespérément besoin de se défouler, mais il ne pouvait pas.
Et c’est à ce moment que Lupin eu la meilleure idée qu’il ne pourrait jamais avoir, un combat. Il allait pouvoir se défouler sur une personne qu’il haïssait, une personne qui avait voulu le tuer. Rien qu’eux deux, c’était parfait. Il tremblait d’envie.

-C’est la meilleure idée que tu n’as jamais eu. Sans baguette, prépare-toi à souffrir loup-garou, car je vais gagner.

Il voyait déjà son sourire triomphant face à la figure déconfite de Lupin, il se voyait déjà vainqueur, acclamait par tous les mangemorts, il se voyait, rigolant, raconter cette histoire parmi une énième réunion des mangemorts après Poudlards, pour sur Tu-Sais-qui ne pourrait que l’en félicité pour cette acte de bravoure.

Mais surtout il allait pouvoir se venger de tout le mal que Lupin avait fait en essayant de le tuer, il allait pouvoir se venger de tout le mal, de toutes les moqueries, de toutes les « blagues » qu’il avait subis de la part des maraudeurs et surtout celle du jour qu’il n’oublierait jamais, celle où il fut obligé de prononcer ses mots car ses amis voulait qu’il le dise. Mais c’était la faute à Potter et Black qui l’avait poussé à bout et aussi à Lupin qui n’avait rien fait pour le défendre. Pour tout ça il allait pouvoir se venger. Alors pourquoi ne le faisait-il pas ? Pourquoi tremblait-il ? Etais-ce dû à l’anticipation ? Pourquoi soudainement il n’eut plus envie de rien ? Il n’avait jamais goût de rien, mais ça, ça aurait dû lui donner un peu goût à la vie. Alors pourquoi penser au suicide maintenant ?

Non ! Il ne pouvait pas laisser passer une occasion comme ça, il ne pouvait pas laisser le loup-garou s’en sortir comme ça ! Il fallait retrouver cette colère qui avait momentanément disparu. Alors il pensa à tout le mal qu’on lui avait fait. Ce qu’avait les maraudeurs, mais aussi ce qu’avait fait ses parents, leurs incapacité à l’aimer, l’incapacité de tout le monde à l’aimer, son incapacité à s’aimer soi-même, sa capacité à se faire du mal, à s’automutiler, sa capacité à n’exprimer que la haine et pas le reste de ses sentiments.

Alors pour ça et beaucoup d’autres choses, pour ça, il s’élançât contre Lupin et, pour une fois il visa correctement, pour sa toute première fois, il leva son poing et le lança contre le visage de Lupin, pour la première fois c’est l’euphorie pur et dure depuis qu’il n’était plus avec Lily qui monta. Et il frappa. De toutes ses forces, contre le visage de Lupin, dans son nez qui eut un craquement retentissant et commença à saigner. L’euphorie monta encore plus et il leva son autre poing pour frapper une fois de plus. Et à travers ses poings il exprima sa tristesse, sa haine, sa colère, son angoisse, son absence de joie, son envie de mourir et son amour pour Lily.

Et il commença à rire, un rire à glacer le sang du fantôme des serpentards et même Tu-sais-qui, un rire dément, incontrôlable. Et en même temps se furent les larmes qui arrivèrent. Des larmes dans les yeux les plus tristes de Poudlard. Et pendant ce temps-là, il frappait, il frappait, il frappait, sans pouvoir s’arrêter…
HS:
Désolé, c'est moins bien, et trop court, mais j'ai peur de me répéter et je t'ai fait casser le nez,si ça te dérange je l'enlève mais sûrement après les vancances sauf si internet reviens.

Bonne vacances si tu en as.


avatar
Severus Rogue

Messages : 24
Date d'inscription : 20/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre indésirée [S. Rogue]

Message  Remus Lupin le Lun 20 Oct - 20:35

OK. Je n’avais pas prévu une telle rage et c’est ce qui fait que je me laisse initialement surprendre. Ainsi, lorsque son poing vient s’écraser contre l’arrête de mon nez de toute la force de ses bras frêles, je suis réellement surpris de reconnaître la douleur caractéristique d’un os se brisant. (Mal)heureusement pour moi, je suis plus qu’habitué à ce type particulier de douleur, l’expérimentant en vingt fois pire tous les mois lorsque l’intégralité de mon squelette se déforme pour laisser place à celui d’un quadrupède aux tendances sanguinaires. C’est pourquoi je prends une minute pour m’habituer à la sensation désagréable du sang s’écoulant à flots tandis que Rogue en profite pour continuer à taper sans réel but. Je ne réagis pas à ses coups, mon métabolisme étant parfaitement adapté à recevoir des coups d’une telle puissance. Si son premier coup, en visant une zone plus fragile de mon corps, a fait mouche, ce n’est pas en tapant mon thorax qu’il va arriver où que ce soit. Force surhumaine vous vous souvenez ?

Finalement donc, je reprends mes esprits, réussissant à passer outre l’inconfort de mon nez brisé. Inconsciemment je passe ma langue sur mes lèvres pour effacer le filet de sang qui y est arrivé et je sens alors Moony s’exciter en moi comme jamais. Le goût du sang a toujours eu cet effet-là sur lui, sur nous. Et ce d’autant plus que son tour approche dangereusement. Alors, forcément, maintenant, il en veut plus. Le combat attise ses instinct les plus primaires et il veut rendre coup sur coup jusqu’à écraser de notre toute-puissance la proie ridicule face à nous qui s’imagine un instant avoir une chance de nous vaincre. Et le pire, dans tout ça, c’est que j’ai quant à moi un mal de plus en plus fou à distinguer entre ses pensées et les miennes, ses envies et les miennes. Est-ce lui qui rêve d’entendre le bruit des os de Rogue se brisant les uns contre les autres ou est-ce moi qui rêve de me gorger de son sang ? Honnêtement, je ne sais pas quelle réponse me fait le plus peur.

Tout ce que je sais c’est que ma vision s’est légèrement déformée pour prendre un tour plus animalesque, ce qui signifie nécessairement que mes pupilles ont viré à l’ambré qui caractérise Moony. Autrement dit, il est temps d’arrête de jouer immédiatement ou on risque tous les deux de sacrés ennuis. Ce qui m’avait paru en premier lieu une idée brillante tant qu’elle impliquait un duel entre deux sorciers armés de baguettes a dégénéré en combat de rue, dans lequel bien que j’ai l’avantage net, je risque plus que fortement d’écharper Rogue. Alors lorsqu’il balance encore une fois son poing dans ma direction, tout perdu qu’il est dans son rire complètement hystérique, je l’attrape sans difficulté et serre plus que je ne devrais. En même temps, j’ai un nez cassé à lui faire payer donc qu’il s’estime heureux que je ne réduise pas en charpie chacune de ses phalanges parce que ça ne me coûterait pas le moindre effort.

Il me faut une seconde de plus pour attraper son second poing et lorsque c’est fait, je fixe mon regard droit sur lui, ce qui ne doit pas être agréable, je n’en doute pas une seconde mais il l’a bien cherché ce crétin à vouloir jouer au plus fort avec un lycanthrope à moins de quarante-huit heures de sa transformation. Puis je crache, au sens propre comme au figure, vu le sang qui ne cesse de venir s’écouler jusque dans ma bouche, à l’excitation grandissante de Moony.


-Z’avais pas proposé les ‘aguettes pour rien im’écile. Du diens vraiment à c’ever ici ? Barce que j’me v’rais un plaisir d’exaucer don souhait.

Mon nez cassé limite grandement la puissance menaçante de mes propos, je n’en doute pas une seconde, mais pour renforcer ces derniers je continue d’appliquer une pression grandissante sur ses poings, tout en m’assurant de ne pas aller trop loin. Et croyez-moi ça demande une force de caractère énormissime quand la voix de Moony fait plus sens à chaque seconde. Après tout, qu’est-ce que je lui dois à cet idiot ? Rien ! Il s’acharne à me voir comme un monstre et il est clair comme de l’eau de roche que rien ne le fera changer d’avis alors pourquoi devrais-je avoir des remords à m’en prendre à lui lorsque lui n’en a aucun à s’acharner sur moi dès que nos chemins se croisent. Sans compter que, vu qu’il m’a cassé le nez le premier, ce serait de la légitime défense. Bien sûr, je ne dis pas que je laisserai réellement les rênes à Moony, sinon ce serait l’expulsion directe mais lui briser un ou deux os en prétendant que l’approche de la pleine lune a rendu le contrôle de ma force peu aisée ne serait qu’un demi-mensonge. Alors qu’il fasse gaffe à sa prochaine action parce qu’elle va déterminer s’il ressortira de cette pièce en un seul morceau ou non.

HJ:
Pas de problème pour le nez cassé, je l'ai intégré sans trop de difficultés par contre après j'ai repris les choses en main parce que logiquement Severus n'a pas la force de s'en prendre à Remus à mains nues, encore moins l'avant-veille d'une pleine lune ^^. En espérant que ça t'inspire tout de même Smile
avatar
Remus Lupin
Resident werewolf


Messages : 233
Date d'inscription : 04/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre indésirée [S. Rogue]

Message  Severus Rogue le Sam 1 Nov - 1:12

Severus continua à frapper jusqu’à ce qu’une main lui attrape l’un de ses poings et commence à lui serrer fort, très forts, avec une force surhumaine, il commença à avoir mal  à la main. Il se rendit compte qu’il avait fait une horrible erreur en frappant un loup-garou, mais il était hors de question qu’il se l’avoue. Tout de suite après son deuxième poing se retrouve enformé dans une prison de chair. Il essaya de se débattre, sa soif de vengeance n’était pas finis, il devait continuer à frapper le loup-garou. Il devait continuer à se venger des maraudeurs, de toutes ses blagues.
A cause de son nez cassé, Severus eu du mal à comprendre Remus. Puis il se rendit compte de son erreur. Il avait compris « sans baguette » pas « avec baguette », là encore, ce fut la mauvaise foi qui prit le devant. Il refusa d’admettre son erreur. Ses poings lui faisaient de plus en plus mal mais il refusa de grimacer où de montrer d’une quelconque  façon sa douleur.
Peu à peu son rire hystérique s’arrêta, l’euphorie disparaissait peu à peu à mesure qu’il se rendait compte de son erreur  (même s’il ne voulait pas se l’avouait) mais il devait la rattraper, car son cerveau criait « VENGEANCE »

-Et bien d’accord, battons-nous avec les baguettes, de toute façon je suis meilleur sorcier que toi.


Severus devait continuer à se défouler, à exprimer ses sentiments qui étaient une prison pour lui. Il était son propre enfer. Il pouvait se détruire lui-même mais seulement partiellement et il avait besoin de détruire quelqu’un. Il avait oublié qu’il était à Poudlard, oublier les répercussions qu’auraient ses actes, oublier qu’en face de lui il y avait un élève car il ne voyait qu’un loup-garou. Et pas seulement parce qu’il le savait, mais parce qu’il sentait que Lupin avait du mal à se contrôler et qu’il devenait plus sauvage, plus violent, d’ailleurs il le sentait à travers ses poings. Il avait tout oublié.  Il voulait se battre et Lupin lui en donnait la possibilité.
Il regarda la salle poussiéreuse avec ses chaises et tables cassées. Il devait d’abord s’éloignait pour que les sorts ne le touche pas de plein fouet, ensuite il devait trouver un point stratégique.
Il y avait dans un coin comme un amoncellement de table et de chaise où il pouvait se cacher en cas de besoin.  Il devait agir rapidement, lancer un sort pour le déconcentrer puis ce jeter derrière se tas de tables.

- Lâche-moi et on se battra.

Il devait faire vite, alors aussitôt que les deux étaux qui emprisonnaient ses mains le lâchèrent il jeta un « Assurdiato » ainsi il savait que Lupin serait momentanément perdu dans ses reperd et ne pourrait pas l’attaquer d’aussitôt. Il ne regarda pas pour voir si le sort avait fonctionné et se jeta derrière le tas repérait auparavant.  
Il allait gagner ce combat, il le savait il en était sûr, il n’avait plus aucun contrôle de lui-même, ses sentiments de colère, d’injustice, de tristesse continuait à se mélanger dans sa tête et le rire d’hystérie allait bientôt recommençait.
Il fallait qu’il se clame tout de suite sinon il ne serait pas capable de se battre. Il dû faire appel à toute sa force mental. Pour ça il s’imagina pourquoi il devait gagner. Il devait gagner pour les humiliations que lui avaient fait subir ses parents, ensuite les maraudeurs, puis la perte de Lily dû au groupe qu’il venait de nommer, il sentait aussi qu’il risquait de faire une erreur en acceptant de devenir un mangemort même si c’était tout au fond de lui, tellement profond que s’en était inconscient.
Plus il savait pourquoi il devait gagner, plus il gagna en contrôle de soi-même, même si bientôt il ne put bientôt plus faire la différence entre mémoire et réalité et Lupin prit bientôt la forme de son père, sa mère, Potter,  Pettigrew et enfin Black.
Il contrôlait ses gestes et les sorts qu’il lançait, mais il était perdu dans son monde. Comme si la folie avait pris pendant quelque instant possession de son corps.
Il ne se rendait pas compte de ça pas plus qu'il ne se rendit compte que Lily n'était plus le centre de ses pensées et que Lupin avait réussi à lui faire oublier pendant quelques temps son envie de mourir.

HS:
Voilà, c'est très court désolée  Embarassed  Embarassed  Embarassed
avatar
Severus Rogue

Messages : 24
Date d'inscription : 20/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre indésirée [S. Rogue]

Message  Remus Lupin le Lun 3 Nov - 22:17

Pourquoi j’accède à sa requête de le lâcher ? Pourquoi est-ce que je fais ce qu’il me demande ? En particulier alors que ça ne va faire qu’empirer la situation ? A vrai dire, au point où j’en suis, je ne sais plus trop. Plus aucune de mes décisions ne fait réellement sens. Je me contente d’agir dans une demi-conscience qui tient à moitié de l’instinct primaire, à moitié de l’envie pure et simple. Et, mon envie actuelle est de remettre Rogue à sa place. Pour quelle raison particulière ? Pas la moindre idée. Ou plutôt il y a trop de raisons pour les citer toutes. Parce que c’est le prototype du futur Mangemort. Parce qu’il est l’incarnation des gens qui, par leurs préjugés, font de la vie des lycanthropes un enfer. Parce que j’ai été formaté à le haïr depuis que j’ai choisi d’accepter l’offre d’amitié de James et Sirius. En un mot comme en cent, parce qu’il est en ce moment la représentation parfaite de tout ce qui ne va pas dans ma vie. Ma malédiction, la guerre à venir, le futur qui s’annonce chaque jour plus sombre. Alors, je décide de manière franchement infantile que tout est de sa faute. Autrement dit, en partie à cause de l’influence de Moony mais seulement en partie, je choisis de faire de lui l’avatar du type insupportable. Et s’il veut se battre, je vais me faire un plaisir d’être son adversaire.

La dernière partie encore rationnelle de mon esprit me hurle que je vais regretter mes actes tôt ou tard mais je la faire taire tandis que l’Assurdatio de Rogue perturbe mes sens. J’en profite alors pour lancer un Episkey à mon nez pour, tout au moins, maintenir l’os cassé dans une attelle de manière à ne pas empirer la situation. Puis, alors qu’une flopée d’étincelles fait son apparition dans le coin droit de mon champ de vision, je me protège instinctivement d’un Charme du Bouclier. Le sort vient donc ricocher sur ma protection et, désormais que l’effet de l’Assurdatio se dissipe, je détermine où se trouve Rogue. Avec mes sens à 100% de leur capacité à cause de l’approche de ma transformation et en me référant à la direction d’où viennent les sorts qui continuent de ricocher sur mon bouclier, ce n’est pas bien difficile. Alors, tout en renforçant mon Protego, je me dirige droit sur lui et lance un Cracbadoum rempli de rage ayant pour but de faire exploser le tas de chaises et tables regroupées derrière lequel il s’est réfugié. Je n’attends cependant pas de savoir s’il a été touché ou non pour déclarer dans une ultime offre de paix :


-La DCFM et les So’tilèges ce sont MES points fo’ts, pas les diens. D’es sû’ de vouloi’ condinuer ? De’niè’e chance de limider les dégâts. D’as pété mon nez sans aucun remo’ds donc je suis no’malement dans mon d’oit de me défend’e mais honnêtement j’ai pas envie de d’entend’e défo’mer la vé’ité ap’ès coup. Donc, si on se bat v’aiment, assumes-en les conséquences.

Oui, je sais, je suis inconstant. Un instant, je rêve de lui exploser la figure. La seconde d’après, je joue la voix de la raison. Mais, petit un, on est deux aux commandes ce soir, du moins encore plus que d’autres soirs, ce qui aide bien à la schizophrénie. Et, petit deux, je réalise que se battre avec le nez cassé c’est jouable mais ce n’est pas forcément recommandé. Alors, dans le fond, ce ne serait pas une mauvaise idée qu’on range nos baguettes et que j’aille attendre dans mon coin que les escaliers daignent me permettre d’aller à l’infirmerie. Après, je ne suis pas contre un duel en bonne et due forme, c’est juste que les conditions sont loin d’être idéales. Tant pour lui que pour moi. Parce que ne croyez pas que, sous prétexte que j’ai le nez cassé, je ne sens pas la haine qu’il dégage. Ça se sent à des kilomètres. Et un cocktail aussi explosif que son tempérament actuel couplé au mien, je crains de ne pas être capable de gérer l’après coup. Pour autant que Moony me dise qu’on aura bien le temps de s’en préoccuper plus tard. Parce que, comme je le disais plutôt, je n’ai nulle envie de finir expulsé, voire pire envoyé en centre de détention pour loup-garou récalcitrant. C’est que j’ai entendu les pires horreurs sur ces lieux-là.
avatar
Remus Lupin
Resident werewolf


Messages : 233
Date d'inscription : 04/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre indésirée [S. Rogue]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum