Gaël Amélia Oriana Dunkan Ou La Reine Noire ♣ Terminée

Aller en bas

Gaël Amélia Oriana Dunkan Ou La Reine Noire ♣ Terminée

Message  Charlotte A. de Louvière le Dim 28 Aoû - 23:16

© Faith

♦️ Nom : Dunkan
♦️ Prénom : Gaël, Amélia, Oriana
♦️ Surnom : Le premier qui dit Galette je t’écartèle Twisted Evil
♦️ Âge : 16 ans mon chou !
♦️ Date & Lieu de naissance : 15 juin 1960, Londres, Manoir familial des Dunkan
♦️ Sexualité : Hétérosexuelle ( Tu veux une preuve Razz ? )
♦️ Sang : Pur voyons ! ( et innocente )
♦️ Année de Scolarité : 6ème
♦️ Baguette : En bois de noyer, mesure 39,5 cm et contient un poil de licorne.
♦️ Patronus : Guépard
♦️ Avatar : Megan Fox




      Juste pour savoir à quoi tu sert!


    » La première chose que tu fais en te levant le matin c’est quoi? Se lever ? Non mais vous êtes fous ! J'ai au moins besoin de 12 heures de sommeil...est-ce que j'ai l'air d'avoir des cernes ?
    » Si je te dit que j’aime pas le quidditch tu répond quoi? Que j'ai mangé une pomme hier ?
    » Entre tes parents et toi c’est l’amour fou? Amour...parents...pourquoi employer ces deux mots dans la même phrase ?! Mon père est mort, ma mère est une garce ... ça répond à la question ?
    » La crise d’adolescence elle est passé chez toi ou pas? Tu l’a eu au moins? Et sinon c’était comment? Une crise d'adolescence ? Hm...jamais entendu parler !
    » Tu te considère comme un(e) rebelle? Ou un enfant sage? Rebelle, c'est sûr. Mais je sais être très très sage et gentille quand je veux...
    » Ton âme sœur, il est comment dans tes rêves? ....Suis-je la seule à trouver ces questions stupides et totalement inutiles ?


"Les masques à la longue collent à la peau. L'hypocrisie finit par être de bonne foi." Edmond et Jules de Goncourt


« Le pire de certaines haines, c'est qu'elles sont si viles et rampantes qu'il faut se baisser pour les combattre. » Marie d'Agoult



Première partie
« Le bonheur est aussi éphémère qu’une rose. Au fil du temps, il fane, et meurt… »




Gaël naquit le quinzième jour du moins de juin, dans la noble et grande demeure de sa famille, située un peu en dehors du centre de Londres. Les Dunkan sont une célèbre famille de sorciers, connus pour avoir compté dans son arbre généalogique certains grands personnages qui au cours de l’histoire ont combattus pour de nombreuses guerres. La révolte des gobelins, dans les années 1600, a été l’une des plus marquantes pour cette famille. Alphred Dunkan, fut un des sorciers très puissants qui fit couler bien du sang de gobelins, à cette époque, et son mérite fut reconnu par le Ministre de la Magie. Évidemment, ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Bon nombres de Dunkan ont reçu des récompenses pour service rendu au Ministère, mais tout ceci n’est qu’une partie émergée de l’iceberg. Connus pour leurs bienfaits envers le monde magique, c’est en réalité des actes très répréhensibles que la famille Dunkan a pu commettre au fil du temps. Leurs idéaux sur le sang sont ceux de chaque famille dite « pure ». Pas de moldus. Pas d’enfants de moldus. Pas de créatures qui ne sont pas digne d’utiliser la magie. Sang-mêlé toléré. Voilà en quelques mots un résumé de ce que leurs esprits tordus contiennent.

Ainsi, lorsqu’elle naquit Gaël n’eut droit à aucun traitement de faveur. Elle était déjà, sans le savoir, promise à un grand destin. Le chemin était déjà tout tracé devant elle. Comme tous les héritiers de familles de sang pur dont les membres étaient tous passés par Serpentard, elle devrait servir aux côtés du mage, et défendre les convictions de ses semblables. A aucun moment bien sûr on ne lui demanda son avis. C'était évident quelle partagerait les idéaux de sa famille. Élevée de façon stricte et dure, la jeune fille reçut une éducation sans amour. Ou presque. Ce fut surtout sa mère qui lui inculqua les règles de vie qu’elle dû apprendre. La maîtresse de maison Amélia, était une femme froide, manipulatrice, rigide, ne souriant jamais, elle n’avait rien de la figure maternelle que tout enfant a besoin. De toute façon, elle n’a jamais aimé les enfants, « ils ne sont que déception et ennuis » disait-elle souvent. Gaël ne put alors compter sur l’amour de sa mère. Elle n’eut pas non plus celui de son frère aîné, car celui-ci l’a détesté à l’instant où elle est née. En effet, Jude, plus âgé d’un an et demi, a toujours été jaloux de sa sœur à cause de l’amour que lui portait Adrian, leur père. Ce n’était pas tant le fait de ne plus être le seul enfant qui répugnait Jude, mais plutôt qu’il ne soit pas le plus aimé. Or, c’était faux. Ou du moins, en partie. Car, si Jude ne reçut par une réelle attention de la part de son père, ce fut de sa mère qu’il l’eût. Amélia était très fière de son aîné, elle ne lui trouvait aucun défaut, ne voyant en lui que la digne lignée des Dunkan.

De son côté, Gaël fut aimée et adorée par son père, Adrian. Moins stricte, et rigide que sa mère, il était une figure paternelle assez effacée. Il laissait plein pouvoir à sa femme, et passait ses journées dans son bureau. Il travaillait pour le Ministère depuis très longtemps, une Lange de plomb, au département des Mystères. Alors évidemment, tout ce qu’il faisait dans son bureau était secret, il n’en parlait jamais et il ne fallait pas le déranger. En fait, Amélia avait interdit à ses enfants de pénétrer dans le bureau de leur père. Et elle y veillait…mais, hélas pour elle, ses yeux et ses oreilles n’étaient pas assez affutés pour surveiller de près la malicieuse Gaël. En effet, quand sa mère n’était pas derrière elle, la petite fille se glissait malgré l’interdiction dans le grand bureau, s’asseyant sur les genoux de son père qui soudainement se mettait à sourire lorsque sa fille entrait. C’était son joyau, sa princesse – d’ailleurs, il l’appelait ainsi – et il aimait passer du temps avec elle. Même si le dragon qui lui servait de femme était intransigeante sur les règles de la maison. Lâche comme il l’était, il ne tenait pas tête à son épouse, et préférait lui obéir pour ne pas subir la tempête. Alors, quand Amélia entrait en voyant que sa fille se tenait joyeuse dans les bras de son géniteur, elle criait, et la faisait déguerpir. Impuissant, Adrian laissait sa princesse quitter la pièce à regret. Évidemment, Gaël ne s’en sortait jamais indemne. Elle ne comptait plus les punitions que sa mère lui donnait, et qui n’avaient hélas aucun effet sur le comportement de la jeune fille. Quoiqu’on lui dise, elle faisait ce qu’elle voulait, même en sachant les conséquences de ses actes. Elle était comme ça. Malgré l’éducation qu’on lui inculqua, Gaël connut de belles années chez elle, surtout avec son père en réalité, mais tant qu’il était présent, elle était heureuse. Jude évidemment nourrissait de plus en plus la jalousie qu’il éprouvant envers sa sœur, n’ayant jamais suscité chez son père que de l’indifférence. Il fallait bien dire que Adrian était un homme sans expression, il ne souriait jamais et parlait peu, toujours dans ses pensées, et il n’y avait que Gaël qui réussissait l’exploit de le rendre joyeux. Les relations fraternelles entre la jeune fille et Jude ne furent donc pas bien tendres. Elle, ne comprenant pas pourquoi son grand frère lui en voulait, et lui la haïssant du plus profond de son être, l’enviant à s’en faire pâlir de jalousie. Hélas, le peu de bonheur que la jeune fille réussit à avoir se fana très vite telle une fleur en plein soleil, et ce fut l’année des douze ans de Gaël que sa vie prit un tout autre tournant…


Flash-back ~ Nuit du 5 juillet 1972

« Tout brûlait. Les flammes dévoraient tous ce qui se trouvait autour d'elles, se propageant comme un souffle de vent terrible, dévastant sur leur passage ce qu'il restait de notre maison de vacances. Je ne voyais plus rien, tout était flou, sans dessus dessous, mon esprit était embrouillé, désordonné. Tout se consumait rapidement, sans que je ne puisse faire quoique ce soit. C'était le chaos. Les poutres tombaient, dévorées par les langues de feu gigantesques qui engloutissaient les murs, les meubles, tout...Tout y passait. C'est alors que des cris s'élevèrent. Non, en réalité ils étaient là depuis le début. C'est étrange, c'était comme si pendant un instant j'avais été sourde aux bruits qui m'entouraient. C'était des cris atroces. Une voix d'homme, assurément. Elle m'était familière. Qui était-ce ? Je me rendis compte soudain que je me trouvais au milieu des flammes, au milieu du chaos, mais rien ne semblait pouvoir me brûler, me toucher. J'étais comme une spectatrice dans un tableau. Un tableau représentant scène horrible. Argh, et ces cris qui ne cessaient de casser mes pauvres oreilles. Je plaquai mes mains de chaque côté de mon visage, pour ne plus entendre ces hurlements de douleur. Mais voilà que le supplice s'intensifiait. D'autres voix vinrent se mêler à celle de l'homme. Des voix de femmes. Elles pleuraient, criaient, poussaient des gémissements terribles. Cette atroce symphonie ne cessait de résonner dans ma tête, tout mon être semblait ressentir l'immense douleur des êtres agonisants dans les flammes. Pitié, faites que ça s'arrête. Faites que ça se termine. Je voulais sortir. Sortir de cette maison. Arrêter d'entendre la souffrance émise de part et d'autre de la pièce. Et pourtant, je ne voyais rien. Ni femmes, ni hommes. Personne aux alentours, alors qui donc criait, et hurlait ? Qui brûlait ? Et pourquoi ? Pourquoi tout s'écroulait ? Puis, ce fus comme si mon coeur se soulevait, comme si je me sentais partir...Un coup d'oeil vers le bas me permis de voir que le sol se dérobait. Les planches sous mes pieds craquèrent, et se fissurèrent, pour finalement se rompre violemment...Et je tombais. Je tombais dans les abysses, dans le néant, dans les flammes en entendant encore et toujours ces mêmes cris qui me donnaient envie d'hurler à mon tour... »

Je me réveillai en sursaut, le front en sueur, et la respiration irrégulière. Haletante, et quelque peu déboussolée par le cauchemar que je venais de faire, je repliais les couvertures sur le côté, et sortis du lit d'un pas traînant. Je soupirai. Encore le même rêve. La même scène. En réalité, ce n'était pas un cauchemar ordinaire. C'était un souvenir. Ou plutôt, un souvenir revisité. C'était il y a une semaine. Une semaine déjà...Cela me semblait être hier. Nous étions tous partis, ma mère, mon frère, moi et mon père, dans un chalet, à la montagne. Nous faisions toujours cela pour les vacances d'été. Trois semaines loin du manoir familial, et cela permettait à mon père de s'éloigner de son travail. C'était les vacances que je préférais...c'était...Tout ça appartenait au passé. Je ne savais même pas ce qui avait bien pu se passer ce jour-là. Ils avaient soudainement débarqués, masqués, tels des ombres, jetant maléfices sur maléfices. Mon père nous avait fait sortir du chalet, mais lorsque nous étions sortis, un des encagoulés avait pointé sa baguette sur la façade de la maison, sous mes yeux, et alors...des flammes re répandirent de tout côté, encerclant la maison, nous empêchant de nous y approcher. Et ils avaient disparus, aussi vite qu'ils étaient venus...plus rien. Ils n'avaient rien dit. Aucune justification. Ils étaient arrivés brusquement, et cinq minutes après...je n'avais plus de père. Nous étions restés dehors, à voir la maison brûler, en entendant les cris désespérés de mon père. Ces cris...jamais je n'arriverais à les enlever de ma tête...Jamais.

Je marchais silencieusement jusqu'à la salle de bains qui se trouvait tout à côté de ma chambre, et allumais la lumière. De l'électricité, d'après les dires de mon père. Une invention moldue destinée à faire de la lumière ; il l'avait installé en emménageant ici, à Londres. Ma mère avait été contre, mais il avait dit que c'était pratique. Que c'était mieux ainsi. Il n'avait pas tort... J'ouvris le robinet et fis couler de l'eau dans un verre posé sur le rebord du lavabo. Encore ce rêve. Je n'arrêterais donc jamais de revivre cette scène ? Même si tout était tellement plus fort, plus douloureux et horrible dans cette version là... Ca avait été la pire nuit de toute ma vie. J'avais perdu le seul être qui m'ait aimé. Mon père...plus jamais je ne l'entendrais m'appeler "princesse", plus jamais je ne le verrais sourire en entrant dans son bureau, plus jamais...c'était fini. Tout était finit, et pourtant j'avais l'impression que quelque chose débutait tout juste...

Fin Flash-back



La mort d'Adrian fut un grand choc pour la jeune fille. Tout son monde s'écroula, mais ce n'était que le commencement d'une nouvelle vie pour elle. Jude et Amélia ne furent pas plus choqués que cela, son frère jaloux, lui, semblait plutôt satisfait, et s’accordait à dire avec sa mère que Adrian l’avait bien cherché. Cherché ? Gaël ne comprenait pas ce que son frère et sa mère voulait insinuer par-là, mais elle ne tarda pas à saisir l’ampleur de la situation quand un membre de leur famille fit irruption dans leur vie…

Viktor Dunkan. Ah, ça pour être un Dunkan, c’était sûrement la plus belle représentation de cette famille ! Riche, égoïste, mystérieux froid et calculateur, il incarnait à merveilles le rôle de l’oncle qui en savait plus que les autres, mais qui gardait les informations juste pour lui. Gaël le connaissait peu, Viktor, le frère cadet d’Adrian, voyageait beaucoup à l’époque où la jeune fille est née, alors ce fut véritablement cette fois-là qu’ils firent connaissance. Au début, ce n’était vraiment pas la joie, Gaël détestait son oncle, et lui, s’amusait de l’énerver un peu plus chaque jour. La vérité, c’est que Viktor savait pertinemment que sa nièce exigerait des réponses tôt ou tard. Il la narguait alors avec un malin plaisir, attendant sagement le moment où elle viendrait le trouver avec ses questions. La jeune fille résista, mais dut capituler à un moment donné. Ce fut un peu avant la rentrée de sa deuxième année, au mois d’août, qu’elle se décida. Elle demanda des explications à son oncle à propos de la mort tragique de son père…et ce fut à partir de cet instant que Gaël changea…


Deuxième partie
« Un secret qu'on est vraiment seul à détenir, un tel secret rendrait malades les plus robustes, et on peut même se demander s'il existe une conscience assez intrépide pour supporter ce tête-à-tête, sans en mourir. » Vladimir Jankélévitch


Je me rappelle la première fois que j’ai vu les hautes tours de Poudlard, c’était lors de ma première année, et j’étais tellement excitée à l’idée d’entrer dans cette si célèbre école dont Jude me parlait sans arrêt pour me narguer. Si je n’avais pas subis les pressions familiales, cette rentrée aurait été des plus agréables, hélas ma mère, mon frère, sans parler du reste de notre famille était derrière moi à croiser les doigts pour que je finisse à Serpentard. Comme tous les membres de ma famille, - sauf quelques cas exceptionnels, mais qui ne figuraient pas sur l’arbre généalogique évidemment -. Mon frère, Jude, était un serpentard pur et dur. Il en avait l’âme, et bien que j’essayais de me persuader que je n’étais pas comme eux, j’avais ça en moi. Ce caractère qui définit si bien les vert et argent…Manipulatrice, malicieuse, rusée et parfois très méchante et peste, j’étais déjà toute désignée pour faire ma scolarité là-bas. Et il valait mieux de toute façon, car on m’aurait jeté dehors ! Mes deux premières années à Poudlard n’ont pas été marquées d’évènements spéciaux, j'avais effectivement atterrit à Serpentard. Je découvrais peu à peu mon école, et me faisais des amis qui avaient les mêmes caractéristiques que moi. Hélas, tout changea quand mon père mourût assassiné. Je ne sus pas tout de suite ce qui lui était réellement arrivé, mais pendant l’été de sa mort, mon oncle Viktor fit une apparition…je me souviens l’avoir détesté en premier lieu, le trouvant bien trop agaçant, et arrogant. Il avait cet air de monsieur-je-sais-tout, mais ne voulait pas partager ce qu’il savait. Il gardait tout pour lui, et encore aujourd’hui je suis sûr qu’il en sait plus qu’il ne veut bien le faire croire. Cependant, à l’époque j’avais eu besoin de lui. Oui, car il était le frère de mon père, et le seul qui savait ce qui se passait dans ma tête. Il y avait un je-ne-sais-quoi chez lui qui me rappelait mon père. Une certaine dose de tendresse, une face cachée. Je ne saurais dire précisément quoi. Mais je savais qu’il n’était pas mauvais, pas comme ma mère et Jude. Non. Viktor était nu goujat, un homme égoïste et arrogant, mais il avait le même humour que moi, le même regard sur la vie peut être aussi. Notre relation n’était pas simple, et n’avait pas réellement de mots pour la définir, mais je dus cohabiter avec lui, lorsqu’il s’installa chez nous.

Avant la rentrée de ma deuxième année, nous eûmes une conversation qui changea ma vie, à tout jamais...


Flash-back - Août 1972


C’était à la nuit tombée. Nous venions de dîner en « famille ». Moi, Jude, ma mère et Viktor. Ces deux derniers ne s’entendant pas beaucoup, le repas fut silencieux, seul le tintement des assiettes et des couverts avaient rythmé cette soirée. Une fois que tous eurent repris leurs activités chacun de leur côté, je m’étais glissé dans l’ancien bureau de mon père, où j’avais vu entrer Viktor un peu plus tôt. Seule la lumière posée sur le grand bureau de ministre de mon père éclairait la pièce, diffusant une douce teinte orangée à travers la salle. Des tas de livres étaient entassés par ci par là, les étagères étaient poussiéreuses et remplies de grimoires, sans parler de l’état du bureau qui était recouvert d’un tas de paperasse. Rien n’avait changé. Seul mon père et le bruit de sa plume contre le papier manquait à l’appel. Je restai dans l’entrée, observant attentivement mon oncle qui se trouvait dos à moi, les yeux fixés sur la bibliothèque.

« Tu sais que quand tu née…Adrian m’a demandé à ce que tous ses livres te reviennent si jamais il mourrait prématurément ? » dit-il de but en blanc sans se retourner.

Je sursautai légèrement lorsqu’il prononça le nom de mon géniteur. Je croisai les bras sur ma poitrine, appuyée contre l’encadrement de la porte.

« Mais c’est maman qui héritera de tous ses biens, enfin jusqu’à ce qu’elle meurt à son tour… » fis-je avec un rictus amer.

Il se tourna et acquiesça, les mains dans les poches.

« Ensuite, toi et Jude devrez tout partager… » renchérit-il. « Cependant, dans son testament, il me lègue une grande partie de ses affaires personnelles. Ainsi, quand je mourrais à mon tour, ils te reviendront… » poursuivit-il en sortant un parchemin quelque peu vieilli de sa poche.

Je fronçai les sourcils, et prit le papier qu’il me tendait. Je l’ouvris. C’était le testament de mon père. En effet, Viktor ne mentait pas. Il avait légué ses précieux livres – mon père était un grand collectionneur de bouquins anciens – à son frère, exprimant le souhait qu’à son tour il me les lègue quand il ne serait plus de ce monde. Pourquoi une telle démarche ?

« Ça n’a pas de sens. Pourquoi tenait-il tant à ce que ce soit moi qui possède ses livres ? » demandai-je.

Il fit un sourire en coin, reprit le parchemin et fit quelques pas dans la pièce jusqu’au bureau.

« Adrian n’était pas idiot. Il savait que ta fourbe de mère vendrait tout à sa mort. Et ses livres avaient une valeur particulière pour lui, il est normal qu’ils te reviennent un jour… »expliqua-t-il.

Je réfléchis quelques instants, et fixai mon regard sur lui.

« Tu sais pourquoi il a été tué, n’est-ce pas ? Ce n’était pas dans le cadre de son travail… » murmurai-je en m’approchant de lui.

Il se figea, mais sourit.

« Je savais que tu viendrais me poser cette question. Tu en as mis du temps.…Mais tu as raison Gaël… » avoua-t-il, se retournant vers moi.

Il soupira, se rapprocha de moi, et posa ses mains sur mes épaules, son regard encré dans le mien.


« Il est loin le temps où tu apprenais encore à marcher, et où ton père m’envoyait des lettres chaque semaine pour me décrire à quel point tu étais une merveille… » souffla-t-il comme nostalgique. « Mais soit, il est temps que tu saches ce qui t’attend… »

L’idée que mon père envoyait des lettres à un oncle que je connaissais à peine, pour lui parler de moi, me déstabilisa quelque peu, mais je me concentrai sur ses paroles. Que me cachait-il donc sous ses airs de monsieur-je-sais-tout égoïste et calculateur ? Je me méfiais de lui comme de la peste, et pourtant il y avait quelque chose entre nous qui me faisait penser à mon père. Une sorte…de complicité.

« Qu’est-ce que tu veux dire par « ce qui m’attend » ? »fis-je, suspicieuse.

Mon ventre était noué, j’avais peur de ce qui sortirait de sa bouche. Lui, soupira avant d’ôter ses mains de mes épaules.

« A ce jour, un mage noir commence à réunir des fidèles…Il recrute beaucoup parmi les familles de sangs-purs, il veut infiltrer le ministère et … lorsqu’il veut quelque chose, il est difficile de lui dire non. C’est ce que ton père a fait. Il voulait le soumettre, mais il a résisté pendant des mois et des mois…jusqu’à ce que… »

Il s’arrêta, ses yeux plongés dans les miens semblaient vouloir me transmettre un message.Il s’arrêta, ses yeux plongés dans les miens semblaient vouloir me transmettre un message. Mais je ne voulais pas avoir ce message. Je ne voulais pas réellement entendre que mon père avait finalement été abattu par des fous aux idéaux stupides. Je n’avais que douze ans. Je ne voulais pas connaître tout ça. Je voulais encore profiter de mes années d’innocence. Hélas, on dirait qu’elles étaient belles et bien terminées.

« Ils l’ont tués parce qu’il ne voulait pas rejoindre leurs rangs…Mais comment ont-ils su où nous étions ? » concluai-je à demi voix.

Il soupira, l'air grave.

« Un "ami" à ton père les a renseignés...Mais sa mort n’était pas seulement la conséquence de son refus. C’était un avertissement. Jude et toi, vous allez devoir vous montrer très forts. En particulier toi Gaël, car même si ton frère lui n’a aucun problème à supporter le poids de notre héritage familial, je sais que pour toi, cela sera encore plus dur. Tu es comme ton père. Tu te bats pour ce que tu crois, mais sois plus intelligente. Sois plus maligne qu’eux. Sois aussi rusée qu’un serpent Gaël. Tu as les tripes pour ça. Tu seras une grande sorcière plus tard, mais il faut que tu te plis à leur bon vouloir pour mieux t’en sortir par la suite. Ne commets pas les mêmes erreurs que ton père. » dit-il avec conviction.

Je ne comprends rien. Quel rapport avec la mort de notre père et notre avenir ? Certes cela était une horrible tragédie, et nous en serions marqués à vie mais comment cela allait-il influencer notre futur ? Que voulait-il dire ?

« Je ne comprends rien Viktor ! Et si tu étais clair pour une fois ? » m’agaçai-je.

Il prit une inspiration et déclara enfin…

« Toi et ton frère allez devoir vous joindre au mage noir pour rembourser l’erreur d’Adrian. Autrement dit, vous êtes condamnés à servir aux côtés des fidèles d’un fou furieux. Sans parler évidemment de votre apprentissage de la magie noire qui vous sera indispensable. Quoique que vous fassiez…vous serez obligés de les rejoindre…un jour ou l’autre, ils feront appel à vous. Suis-je assez clair ? »

Plus rien ne semblait vivre autour de nous. J’étais perdu dans ses prunelles sombres qui me parlaient. Je cherchais dans cet océan de ténèbres une faible lueur…une lumière qui saurait me donner espoir. Moi et Jude allions subir les conséquences de la folie d’un homme. Un homme qui avait voulu que notre père rejoigne ses rangs. Pour quoi au juste ? Devenir un infiltré au Ministère ? Une Langue de Plomb parmi leurs fidèles, oh oui cela devait être alléchant comme idée…Du moins, elle l’avait été, et maintenant que mon père n’était plus de ce monde, il fallait que nous atténuions la colère du mage en lui promettant de le servir un jour. Fantastique ! Il ne manquait plus que ça à mon existence pour être totalement comblée !

Fin Flash-back


Les révélations de Viktor furent comme une bombe qui éclata sans prévenir dans la vie de la jeune fille. Depuis ce jour, elle dû changer, tout changer. Elle, si bonne élève, sage et disciplinée, elle devint la Reine des Glaces qu’elle est aujourd’hui. Pour combler les attentes de sa mère, ainsi que de ceux qui un prochain jour voudront les utiliser, Gaël devait tout faire pour passer pour une pro-sang-pur cruelle et méchante. Chose qui lui coûta beaucoup de faire, mais avec le temps le masque qu’elle du mettre sur son visage pour cacher sa vraie nature pris forme, et ce fut comme s’il avait toujours été là. A force de faire semblant, on se perd dans ses propres mensonges jusqu’à en oublier même la vérité… Espérons seulement que la jeune fille puisse un jour fendre sa carapace et brûler son masque pour redevenir elle-même…mais comment se débarrasser de ses obligations familiales ?
.[/center]





Rusée - Complexe - Capricieuse - Orgueilleuse - Torturée


Physiquement je suis...

"Le menteur à qui l'on retire son masque ressent la même indignation que si on le défigurait." Jean Rostand.

Si vous lui demandiez, Gaël vous dirait qu'elle est parfaite. De taille moyenne, mince, un corps tout ce qu'il y a de plus gracieux, de belles formes, un visage sans défauts, une très belle chevelure, et un sourire à tomber. Son physique est comme qui dirait son outil de manipulation ; oui, vous vous en doutez les garçons tombent comme des mouches dans les filets de cette araignée plus qu'agile. Mais au delà d'un corps magnifique, Gaël possède des yeux tout à fait hypnotisants. D'un bleu clair magnifique, ils peuvent passer du regard de chien battu tout à fait adorable, au regard hostile et froid dont elle a le secret. Ah, si les regards pouvaient tuer ! De tout ce qu'on peut noter d'exceptionnel chez la jeune femme ses yeux sont les plus importants, c'est le reflet de l'âme comme on dit, et parfois chez certaines personnes il est très facile d'y lire ce qu'elle ressente. Et bien, chez Gaël c'est tout le contraire. Elle ne laisse passer aucune émotions dans ce petit océan, ou peut-être seulement ce qu'elle veut que vous compreniez....Certains la comparent souvent à une reine des glaces, de par son visage aux traits fermés, son air froid et sa façon méprisante de vous observer. Observer ? Que dis-je ! Elle vous analyse, vous fixe de la tête aux pieds, et si vous lui plaisez alors elle ne fera rien de plus que vous ignorer. Si vous vous prenez pour plus fort qu'elle, alors son orgueil prend le dessus, et en général c'est plutôt mauvais signe. La jeune femme possède également une peau claire, légèrement caramel, il faut dire qu'elle travaille son bronzage. L'apparence est très importante pour elle, ce qui lui vaut souvent d'être vu comme une fille superficielle. En vérité, elle sauve les apparences. Elle s'habille comme tout le monde de l'uniforme obligatoire, mais il lui ai arrivé de débarquer en cours...de façon provocante. Mini jupe, bustier, et talons aigus. Tout pour provoquer ces chers professeurs ! Gaël a en général très bon goût, une vraie fan de mode, elle a toujours LA tenue que personne d'autre ne porte. Classe. Sexy. Elle adore qu'on la regarde, alors pourquoi ne pas se mettre à son avantage ?
Pour finir, bien que peu de gens soient au courant, elle a un petit tatouage en forme tigre en bas des reins. Mais chuuut...! .


Moralement je suis...
"Sans cesse on prend le masque, et quittant la nature, on craint de se montrer sous sa propre figure." Nicolas Boileau

Gaël est indéniablement une jeune femme ambitieuse, prête à tout pour obtenir ce qu'elle souhaite, utilisant mensonges, manipulation et autres subterfuges...Il serait stupide de nier le fait que Gaël est une peste, une de celles qui n'hésite pas à écraser et utiliser les autres à des fins purement personnelles, et même à évincer ses ennemis quand ceux-ci sont trop gênants pour elle. Mais il ne faut pas, malgré tout cela, oublier ou ignorer le fait que la jeune femme possède une générosité envers certaines personnes plus que déconcertante. On ne s'attend pas en la voyant à ce qu'elle puisse aider un poufsouffle à se défendre contre de vils ennemis, lui prêtant main forte en lui enseignant quelques sorts très utiles lors d'un combat. Ou même à mettre hors d'état de nuire certains élèves qui s'acharnent sur un première année innocent. Gaël est certes manipulatrice, peste, et tout ce qu'on peut imaginer de mauvais, mais elle est juste, loyale et peut se montrer généreuse avec les personnes qui le méritent. Gaël aime aussi énormément séduire, et par dessus tout : jouer. Elle se lasse très vite. Pour elle, il n'y a rien de plus amusant que jouer avec un partenaire à sa hauteur, mais comme on n'en croise pas tous les jours elle doit bien se contenter de petits joueurs.

Ce qu'il faut savoir sur la jeune femme c'est qu'elle garde une grande colère en elle, son passé n'aidant en rien, elle a un tempérament de feu et peut être méchante et cruelle quand le cœur lui en dit. Le problème avec elle c'est qu'on ne sait jamais sur quel pied danser, c'est comme jouer à pile ou face ! Versatile, et butée Gaël a l'habitude de s'attirer des ennuis, et surtout de se faire des ennemis, mais pour elle ce n'est pas vraiment un problème. Elle aime par dessus tout avoir un ou une ennemi(e) aussi doué(e) et habile pour manipuler qu'elle. Elle aime les défis et ne supporte pas de perdre, là est son plus grand défaut. Lorsque son orgueil monstrueux se sent blessé, ou irrité elle devient aussi vile qu'un serpent.

C'est une élève très dissipée, infernale, elle veut toujours avoir le dernier mot,et est insolente et irrespectueuse. Une rebelle, oui très certainement, mais un degré au dessus de la normalité. Il faut bien dire que la jeune femme fait passer toute sa colère dans les actes répréhensibles qu'elle peut commettre. Et Merlin sait qu'il y en a à l'appel ! Quand Gaël a une idée, elle ne l'a pas ailleurs ! Et c'est souvent quelque chose de totalement interdit qui lui traverse l'esprit. Impulsive, Gaël obéit seulement à elle-même, et ne se soucie que peu des conséquences de ses actes. Il est dur de lui faire entendre raison, mais pas impossible. Il faut dire que la jeune femme possède une énorme et solide carapace que personne n'a encore brisé. En réalité, elle n'a pas toujours été insensible et froide, il fut un temps où elle était sensible et douce, gentille et serviable...Hélas, son histoire fait que cette douce et aimable Gaël a disparus pour laisser place à ce qu'elle est aujourd'hui. Mais qui sait ? Peut-être quelqu'un sera-t-il capable de briser son bouclier de titane et faire ressurgir l'ancienne Gaël ?...

Malgré le portrait peu flatteur qui est le sien, la jeune femme possède une réelle sensibilité. Elle n'a en réalité que peu d'estime d'elle-même, allant jusqu'à se détester, elle hait sa vie, et envie celle des autres. C'est une âme torturée, qui n'a d'autre moyen de défense que la méchanceté. Mais au fond, elle souffre comme personne. Elle rêverait de pouvoir se débarrasser de son rôle de Reine des Glaces, de pouvoir un jour être elle-même, mais le rôle qu'elle s'obstine à jouer pour préserver les apparences est plus que dangereux...Car à force de porter un masque, celui-ci finit par devenir vrai..


© crédit avatar

♦️ Prénom ou Pseudo : Bouh ( bah quoi ? c'est classe comme prénom !)
♦️ Age : Je t'en poses des questions ?!
♦️ Expérience en rp : Ca dépend des jours ? Depuis 2 ans et demi environ
♦️ Tu as lu le règlement ? : Euh...je l'ai écrit ? Ca compte ?
♦️ Code : [validé by LULA Razz ] Cool
♦️ Double(s) compte(s) ? : Oui, la plus belle, la merveille, THE Gaby ♥️
♦️ Comment as-tu connus le forum? : Oulah, ça fait trop longtemps je me souviens plus Razz
♦️ Que pense tu du forum? : Trop de fous, tue le fous Razz
♦️ Quelque chose à dire? : GAEL IS BAAAAAAAAAAAAAAACk !



      Questionnaire de répartition


    Spoiler:
    » Alors que vous vous promenez dans un couloir sombre de l’école vous entendez des bruits de pas derrière vous et vous apercevez une ombre au fond du couloir. Que faîtes vous ?

    (c)Vous sortez votre baguette et attendez patiemment que la personne arrive à votre rencontre.


    » Vous êtes en plein duel, quelle tactique allez vous utiliser pour battre votre adversaire ?

    (d)Vous faite perdre ses moyens a votre adversaire en lui parlant de chose qui le mette en colère, le blesse.. Vous le déconcentrez puis l’attaquer.

    » Dans 30 minutes va commencer le cour d’histoire de la magie, vous réalisez que vous avez complètement oublier de faire le devoir que le professeur à donné il y à 1 semaine. Que faire ?

    (a)Vous demandez de l’aide à vos amis qui eux l’ont fait.


    » Voldemort vous envoie une lettre et vous propose de rejoindre ses mangemorts. Comment réagissez vous ?

    (d)Partagé. Vous ne savez pas si vous allez le rejoindre. D’un coté il vous promet la puissance à laquelle vous aspirer tant, et de l’autre le fait de tué des innocents vous révulse.


Dernière édition par Gaël A. O. Dunkan le Ven 2 Sep - 14:59, édité 42 fois
avatar
Charlotte A. de Louvière
Ϟ Queen Of Darkness Ϟ


Messages : 43
Date d'inscription : 28/08/2011
Localisation : Mais derrière toi mon chou !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaël Amélia Oriana Dunkan Ou La Reine Noire ♣ Terminée

Message  Invité le Dim 28 Aoû - 23:43

Han ? Megan Fox Surprised

Si tu termine pas à Serpentard, je te demanderais en marriage *-*
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaël Amélia Oriana Dunkan Ou La Reine Noire ♣ Terminée

Message  Invité le Dim 28 Aoû - 23:53

Tient! Voilà un visage connu! Ici, il y a de grande chance que nous terminions dans la même maison Razz
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaël Amélia Oriana Dunkan Ou La Reine Noire ♣ Terminée

Message  Dorcas Meadowes le Lun 29 Aoû - 0:03

Remus Lupin a écrit:Han ? Megan Fox Surprised

Si tu termine pas à Serpentard, je te demanderais en marriage *-*

Je pense que c'est foutu pour ta demande en mariage Razz

Bienvenue Gael XD

_________________


"Heroes are born to be troublemakers."
avatar
Dorcas Meadowes
Kick-ass girl


Messages : 1114
Date d'inscription : 28/06/2011
Localisation : Poudlard

Voir le profil de l'utilisateur http://entrechats.over-blog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaël Amélia Oriana Dunkan Ou La Reine Noire ♣ Terminée

Message  Charlotte A. de Louvière le Lun 29 Aoû - 0:05

Merci vous trois ! Very Happy

Remus : Vénères moi Cool mais pas touche ! Razz Je suis une serpentarde pure et dure Razz

Opale : Je sens qu'on sera de grandes amies Razz

Dorcas : Par contre toi, c'est mort mdrrr Razz Ma Saleté Razz


Dernière édition par Gaël A. O. Dunkan le Mer 31 Aoû - 21:25, édité 1 fois
avatar
Charlotte A. de Louvière
Ϟ Queen Of Darkness Ϟ


Messages : 43
Date d'inscription : 28/08/2011
Localisation : Mais derrière toi mon chou !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaël Amélia Oriana Dunkan Ou La Reine Noire ♣ Terminée

Message  Invité le Lun 29 Aoû - 0:19

Je te parle plus Gaël
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaël Amélia Oriana Dunkan Ou La Reine Noire ♣ Terminée

Message  Invité le Lun 29 Aoû - 15:18

Je suis dans l'obligation de te souhaiter la bienvenue !
Mon cœur..... que la bataille commence ! Smile
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaël Amélia Oriana Dunkan Ou La Reine Noire ♣ Terminée

Message  Charlotte A. de Louvière le Lun 29 Aoû - 22:21

Sois pas déçu Remus, crois-moi tu ne t'en porteras que mieux Very Happy

Mon Alex <3 T'inquiètes mon chou, la bataille sera courte pour toi, parce que j'aurais tôt fait de gagner Wink


Dernière édition par Gaël A. O. Dunkan le Mer 31 Aoû - 21:24, édité 1 fois
avatar
Charlotte A. de Louvière
Ϟ Queen Of Darkness Ϟ


Messages : 43
Date d'inscription : 28/08/2011
Localisation : Mais derrière toi mon chou !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaël Amélia Oriana Dunkan Ou La Reine Noire ♣ Terminée

Message  Invité le Lun 29 Aoû - 23:15

Ouai Lupin tu as raison ! Ne lui parle plus ça vaut mieux pour toi !Sinon, ma tendre amie, je n'ai toujours pas dit mon dernier mot... la victoire te seras inconnue tant que je serais ton adversaire chérie ! Wink
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaël Amélia Oriana Dunkan Ou La Reine Noire ♣ Terminée

Message  Charlotte A. de Louvière le Mer 31 Aoû - 21:20

Me voilà prête à être répartie !! Very Happy Même si on se doute tous de où je vais atterrir Razz ( Hein Laet ? Very Happy )

Lufkin chéri...comme on dit...l'espoir fait vivre ! Very Happy
avatar
Charlotte A. de Louvière
Ϟ Queen Of Darkness Ϟ


Messages : 43
Date d'inscription : 28/08/2011
Localisation : Mais derrière toi mon chou !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaël Amélia Oriana Dunkan Ou La Reine Noire ♣ Terminée

Message  Le Choixpeau Magique le Ven 2 Sep - 6:08

« Tu es beaucoup plus que ce que tu ne montres au gens, derrière tes airs de reine des glaces, tu es capable de te montrer loyale et courageuse, mais changer, s'ouvrir, ne se fait pas du jour au lendemain, il faut se laisser le temps d'être prêt à faire ses changements et pour l'instant, tu as encore besoin de t'adapter. Malgré tout, la maison des Serpentards te sera le plus approprié, car tu te retrouveras avec des gens ambitieux qui te donneront envie de te surpasser et peut-être, qui sait, tu voudras dépasser toutes les limites inimaginables en retirant ton masque. »
    Je n'ai pas mis la couleur ou la maison en gros pour laisser du suspense un peu q=

_________________

Les humains ont vraiment un don
pour désirer
ce qui leur fait le plus de mal.
avatar
Le Choixpeau Magique

Messages : 128
Date d'inscription : 09/03/2010
Localisation : Dans le bureau de Dumbledore

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaël Amélia Oriana Dunkan Ou La Reine Noire ♣ Terminée

Message  Charlotte A. de Louvière le Ven 2 Sep - 14:58

Voilà, fiche terminée Wink Par contre, j'ai un petit soucis avec la taille du texte dans la deuxième partie de la fiche, ( physique, caractère etc ) je ne sais pas à quoi ça tient, j'ai pourtant tout essayé mais je ne sais pas ce qui fait ça bref, je pense que tes petites doigts d'expertes pourront trouver une solution Razz
avatar
Charlotte A. de Louvière
Ϟ Queen Of Darkness Ϟ


Messages : 43
Date d'inscription : 28/08/2011
Localisation : Mais derrière toi mon chou !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaël Amélia Oriana Dunkan Ou La Reine Noire ♣ Terminée

Message  Invité le Ven 2 Sep - 16:00

    C'était un petit problème de hiérarchie entre tes balises, tout est redevenu normal C= Alors, je te dis validé et amuses-toi bien~
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gaël Amélia Oriana Dunkan Ou La Reine Noire ♣ Terminée

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum