I'm sorry, it's me, the thing is : I'm Picky ! ~ Axou ~

Aller en bas

I'm sorry, it's me, the thing is : I'm Picky ! ~ Axou ~

Message  Axel N. De Lucas le Mar 28 Mai - 12:15

♦️ Nom : De Lucas
♦️ Prénom : Axel Nathaniel
♦️ Surnom : Axou
♦️ Âge : 33 ans
♦️ Date & Lieu de naissance : 18 février 1943 en France
♦️ Sexualité : Hétérosexuelle
♦️ Sang : Pur
♦️ Quel était votre maison à Poudlard ? Je ne suis pas allé à Poudlard mais à Durmstrang
♦️ Situation : Fiancé à toutes les jolies filles 8D
♦️ Métier : Attrapeur professionnel dans l'équipe de Quidditch de France et Mangemort à ses heures
♦️ Baguette : Sycomore et crin de licorne; 36,7 cm; très sifflante
♦️ Patronus : Une once
♦️ Avatar : Robert Downey Jr

Pour en savoir plus

Spoiler:

» Quelle est la première chose que tu fais en te levant le matin ? Ca dépend de l'endroit où je me trouve à ce moment là. Chez moi, je me lève, à poil, peu importe qui est là, pour aller me préparer le petit déj. Autre part, j'attrape ma baguette et vérifie où je suis et avec qui avant de me détendre.
» Si je te fais une déclaration d'amour, tu fais quoi ? Je t'explique ironiquement à quel point tu n'es pas assez bien pour moi mais je coucherai avec toi pour te consôler.
» Te considères-tu comme un prof' sympa' ? Si j'étais prof les gosses m'adoreraient surement parce que je ne me prends pas souvent au sérieux.
» La crise d’adolescence, elle est passée chez toi ou pas ? Tu l’as eu au moins ? Carrément! Les fugues et les vols à l'école. Des fois j'me demande même si je ne suis pas encore en plein dedans...
» Quel est ton plus beau souvenir ? Chaque jour est un magnifique souvenir (à prendre ironiquement --").
» Une relation avec un élève, tu en serais capable ? Carrément, tant qu'elle en vaut la peine.
» Tu as déjà triché à un examen ? Ouais surement, ça ne m'a pas marqué en tout cas.



"I'm Picky and all the girls I drive them crazy. I drive them crazy 'cause I'm sexy."

Votre histoire avant et pendant Poudlard

L’odeur des crêpes envahit lentement la chambre alors que le petit garçon agitait maladroitement un morceau de bois vers sa table de chevet, espérant de toutes ses forces réussir à faire bouger le livre. Mais ce stupide bouquin semblait bien décidé à rester inerte, confortablement installé entre la figurine de dragon vert gallois, qui s’agitait en tous sens, et le minuscule balai qui volait en rond à une vitesse vertigineuse à quelques centimètres de la surface de la table. Désespéré, l’enfant lança le bout de bois à travers sa chambre et se laissa tomber au sol, boudeur. Visiblement cette branche-là n’était pas une baguette non plus. Pourtant, il restait borné et persuadé qu’on pouvait trouver une baguette sans devoir attendre d’en acheter une à son entrée à l’école magique. Le jeune enfant fixa le livre, lui lançant un regard noir, espérant ainsi l’amadouer. Mais rien à faire, il ne bougeait pas. Et s’il n’avait pas de pouvoir ? S’il était cracmol ? Que dirait son père alors ? Il ne mériterait même plus de faire partie de la famille, c’était certain ! Axel soupira et s’allongea sur la moquette noire, fixant le plafond, noir lui aussi, et les constellations brillantes qu’y avait aménagées son père, réfléchissant longuement.

Enfin, il se redressa d’un bond en sentant la bonne odeur. Oui, c’était bien des crêpes ! ll se releva, oubliant déjà son désarroi, et sortit de la grande chambre, dévalant les escaliers de marbre avant de traverser le hall en une fraction de seconde. Il ouvrit les portes de la cuisine à la volée et entra en trombe dans la pièce, sous le regard malicieux de sa mère et le regard étonné d’un autre petit garçon, qui lui ressemblait comme deux gouttes d’eau, son frère jumeau. Axel courut vers la table au moment même où l’elfe de maison, Sally, déposait une assiette sur laquelle trônait une vingtaine de crêpes. Elianne tira une chaise pour que son fils puisse s’asseoir et elle entreprit de sucrer des crêpes pour les deux garçons avant d’en tendre une à Axel en lui réclamant un baiser. Malicieux, il lui lança un regard meurtri et triste, obtenant sa crêpe dans la seconde qui suivit sans même offrir ce que sa mère demandait, celle-ci craquant toujours sous les regards de son enfant. Elle rit doucement et s’assit entre Axel et Kris alors qu’ils dévoraient littéralement leur goûter. Une fois sa crêpe terminée, Axel se jeta au cou de sa mère pour lui offrir mille baisers parce qu’en fin de compte, lui aussi était incapable de résister. Après la quatrième crêpe, les garçons finirent par remonter dans leurs chambres, se chamaillant gentiment dans les escaliers et riant avant de se séparer pour retourner chacun à leurs occupations. Axel rentra dans sa chambre, bien décidé à faire bouger ce satané livre.

Il resta un moment là-haut avant qu’Elianne ne les appelle tous les deux, voulant se balader dans le village en leur compagnie. Axel descendit mais ronchonna. Il n’aimait pas sortir de la propriété. Il y avait des moldus autour et il ne les aimait pas vraiment. En fait, il les trouvait stupides. Contrairement à son frère, Kris, qui lui, sauta de joie, partageant l’enthousiasme de sa mère vis-à-vis des moldus. Ils avaient toujours étaient tous les deux avides de savoir comment ils s’y prenaient pour survivre sans même connaître l’existence de la magie, ressentant plutôt comme un élan de pitié pour eux. Alors qu’Axel avait toujours plus ou moins partagé le point de vue de son père, une sorte d’aversion envers ces êtres inférieurs et sans grand intérêt. En pensant à cela, le petit garçon en vint de nouveau à se demander ce que serait sa vie s’il advenait qu’il n’avait pas de pouvoirs. Ne pas en avoir à l’âge de neuf ans, c’était tout de même inquiétant. Surtout que son jumeau, lui, avait déjà plus d’une fois prouvé qu’il avait des pouvoirs. Finalement, il céda à sa mère et à son frère puisqu’il était incapable de leur résister. Axel avait toujours était plus distant, moins extravagant que son frère. Il ne l’en aimait pas moins pour autant, bien au contraire. L’un comme l’autre aurait donné sa vie pour son jumeau. Et puis pour ce qui était d’Elianne, personne n’avait jamais su résister à ce petit bout de femme de vingt-huit ans, toujours pleine de vie et d’entrain. La jolie brune était constamment souriante et aimante. Un rien l’amusait et elle avait un cœur énorme. Axel savait que son père serait furieux d’apprendre qu’ils étaient sortis tous les trois dans le village de moldus. Mais il savait aussi que lui non plus ne savait pas dire non à cette femme. Finalement, les deux enfants et leur mère sortirent se promener dans les rues, comme tout bon moldu ! Le regard boudeur d’Axel ne faisait que rendre la mère plus amusée et elle ne cessait de l’embrasser sur la joue. Il se cachait la moitié du visage dans son écharpe, grognon, alors que son frère courait partout, curieux et intéressé. Ils arrivèrent à la place du village, complétement blanche de neige. Elianne partit vers une épicerie dans le but de faire goûter des sucreries moldues à ses enfants, pendant que les garçons l’attendaient dehors. Axel croisa les bras, toujours boudeur, et Kris finit par lui envoyer une boule de neige dans la figure. La réaction ne se fit pas attendre et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, les jumeaux s’étaient déjà construits des fortifications en branches de sapins et se livraient une bataille joyeuse sous les éclats de rire. Elianne fut contente de voir que finalement Axel s’amusait aussi. Elle leur offrit des bonbons et ils parlèrent ensuite du lendemain. Oui… le lendemain…

Les deux jeune De Lucas allaient avoir dix ans ! Toute la famille et les amis étaient invités ! La réception au Manoir allait être magnifique ! Tout cela donna un nouvel entrain à Axel et c’est en souriant qu’il marcha près de sa famille pour retourner vers leur immense propriété à l’écart du village.
Soudain, sans prévenir, sans aucun signe avant-coureur, sans même qu’Axel ait pu imaginer une seule seconde que ce soit possible, il retrouva son poignet prisonnier d’une poigne ferme, une arme à feu sur la tempe. Sans vraiment comprendre ce qu’il lui arrivait, il fixa sa mère qui hurlait de terreur en tenant Kris qui se débattait pour venir sauver son frère. Elianne échappa un gémissement plaintif en demandant à l’homme qui tenait son fils de le lâcher. Elle n’était pas une tueuse, c’était certain. Mais pour son fils, elle aurait tout fait. Alors elle sortit sa baguette en une fraction de seconde, la pointant vers celui qui menaçait son enfant. L’homme lui demanda son sac mais Elianne ne voulait pas attendre. Elle lui lança un simple stupefix et Axel fut libérer. Mais au moment même où il leva des yeux terrorisés vers sa mère, son coeur se figea…

« Maman !! »

La scène restera à jamais gravée en lui. Son frère l’observant avec un sourire en coin, satisfait que leur mère ait réagit aussi vite. Sa mère le fixant avec un regard rempli d’amour et de peur, la peur qu’on ait pu blesser son enfant… Ce regard qui restera pour toujours figé dans l’esprit d’Axel. Car à l’instant même où il croisa le regard de sa mère, celle-ci tomba au sol, aux pieds d’Axel, inerte. Axel avait vu l’homme derrière elle. Il avait voulu la prévenir. Mais il était trop tard. Il avait tiré. Le jeune garçon resta pétrifié, le regard perdu dans le vide, le visage tâché du sang de sa mère. Kris hurla et se jeta au sol à genoux, tentant désespérément de réveiller sa mère. L’homme qui avait tiré récupéra l’argent dans les poches d’Elianne sous les pleurs de Kris, puis il se sauva en courant. Axel était toujours incapable de bouger, incapable de parler, incapable de respirer, incapable de pleurer… Il ne remarqua même pas que toutes les vitres autour de lui venaient d’exploser sous la fureur qui émanait de lui.

____________________

Nathaniel balada le regard le long de la plage en plissant les yeux. La plage était totalement vide à cette heure-ci, sous le vent matinal qui faisait voler sa cape derrière lui. Il soupira et continua sa route, fâché. Il avait le regard noir, accentué par la couleur grise clair de ses yeux, et les quelques personnes qui sortaient de boîte de nuit ou qui partaient prendre des avions matinaux le contournaient alors qu’il marchait sur le trottoir, le long de la Promenade des Anglais à Nice, en France. Il continua de marcher une bonne demi-heure avant de l’apercevoir, enfin. Il grogna et descendit sur la plage, pataugeant dans le sable, ce qui ne fit qu’accentuer sa mauvaise humeur. Il s’avança vers elle et ouvrit la bouche, près à hurler de rage. Jusqu’à ce qu’elle se tourne vers lui. Il perdit alors toute notion de colère, ses muscles se détendant complétement, sa mâchoire se décrispant. Son cœur se calma et tout tomba autour de lui. Il n’entendait plus les klaxons, il ne voyait plus rien autour de lui. Juste elle et le lever de soleil à l’horizon, derrière l’eau qui avait une couleur dorée à cette heure. Elle s’était tournée vers lui et ses cheveux blonds, fougueux, se plaquaient contre son visage, l’empêchant de voir correctement. Elle rit doucement et attrapa quelques mèches pour les replacer derrière ses propres oreilles avant de plonger son regard vers émeraude dans celui de son mari. Celui-ci gémit, se sentant vraiment trop faible face à elle. Il parcourut les trois pas qui le séparaient d’elle et la prit dans ses bras, pour la serrer contre son cœur, comme s’ils avaient été séparés pendant plus de dix ans.

« Sais-tu quelle peur tu m’as encore faite alors que je me réveille et que je trouve ta place vide à côté de moi ? »

Elianne lui sourit gentiment, réconfortante, en effleurant sa joue du bout des doigts et en lui lançant un regard amoureux sans répondre. Nathaniel soupira et glissa le bras sur ses reins, l’entraînant vers les escaliers pour retourner sur la route.

« Sortir à cette heure, seule, dans une ville de moldue ! Elianne voyons ! »

Elle lui lança alors un regard moqueur et s’écarta de lui pour grimper rapidement les escaliers. Elle tourna la tête, regardant les bâtiments face à elle avec un sourire ravi.

« Tu as pourtant su où j’étais ! »

Le regard exaspéré mais amoureux, il lui parla sur un ton haut, la grondant un peu.

« Tu viens toujours ici ! »

Alors, elle se tourna vers lui, affichant un sourire sincère dans lequel régnait tout l’amour qu’elle pouvait avoir. L’amour, la passion, la joie, la bonne humeur, l’entrai, la sérénité.

« Je veux que nous vivions ici ! »



Nathaniel Mattéo De Lucas est né dans un village Français, à la frontière Italienne, dans les montagnes. Son père avait rencontré sa mère lors d’une virée entre amis. La jolie Française avait alors succombé au charme du sorcier Italien qui s’en donnait à cœur joie sur la séduction. Elle n’avait pas été dupe mais elle avait vu en lui celui qui pourrait vraiment la rendre heureuse. Ils avaient eu une vie plutôt simple, loin des moldus. N’ayant pas fréquenté la même école de sorcellerie, ils avaient toujours eu beaucoup de choses à se raconter, et toujours beaucoup d’amis à se présenter. Lui avait fait ses études à Durmstrang et en était plutôt fier. Elle venait de Beaubâton et à vrai dire, elle était assez contente de son école aussi. Ils s’aimaient vraiment et s’ils partageaient une chose en commun, c’était bien leur haine des moldus. Lui les avait toujours détesté de par son éducation. Elle les haïssait simplement pour ce qu’ils étaient, des êtres inférieurs, sans intérêt, qui les obligeaient à se cacher comme des bêtes sauvages. Ils ont donc préféré vivre dans les montagnes, dans un charmant petit village de sorciers, particulièrement joli et constitué de magnifiques demeures. Grâce à leurs familles ils avaient pu, eux aussi, avoir une jolie propriété. Elle  était journaliste pour la presse sorcière Française. Il élevait des hyppogriffes. Le fait de vivre dans un village caché lui permettait de les élever en toute liberté, bien que son élevage soit déclaré et plutôt connu dans le monde des créatures magiques. Il était fier de ses bêtes. Enfin, leur petit Nathaniel vint au monde. Il fut élevé au village, dans les mêmes idéologies que la famille, et il grandit ainsi, dans une des meilleurs éducations possible pour une famille de sang pur. Ses parents l’envoyèrent à Durmstrang après de nombreux débats, chacun rêvant de voir son fils aller dans l’école qui l’avait formé. Il fut bien entendu dans les meilleurs et il devint la fierté de la famille. Nathaniel hésita longtemps quant au métier qu’il voulait faire. Mais finalement, c’est vers le sport qu’il s’orienta. Le Quidditch fut rapidement sa passion et ses parents l’encouragèrent au plus haut point. Il se fit de nombreuse connaissance dans un milieu aussi prisé. Jusqu’à ce qu’il la rencontre. Elle.

Il répétait souvent que jamais il ne pourrait oublier ce jour. Il était allé à une soirée mondaine, donnée en l’honneur d’un mariage de sang pur bien évidemment. De nombreux fans lui avait quelques peu gâché la soirée à le suivre partout, puisqu'il était depuis peu devenu un joueur renommé, et il avait fini par s’exclure, s’enfermant dans une pièce apparemment vide. Sauf qu’elle était là. Il s’était avancé en la voyant, curieux, alors qu’elle fixait l’horizon, les mains posé sur la balustrade du balcon, ses cheveux blonds rebelles volant en tous sens. La demoiselle ne le connaissait pas. En fait, elle n’y connaissait rien au sport. Elle venait d’avoir dix-sept ans et ses parents l’avaient obligée à venir à la soirée. Pourtant ça ne l’intéressait pas vraiment. Ils avaient parlé toute la soirée. Il l’avait beaucoup écoutée. Il était littéralement tombé sous le charme de cette jeune blonde. Leurs cinq ans d’écarts n’y changeant rien, il l’avait demandé en mariage six mois plus tard.
Nathaniel était trop tourné vers la magie noire au goût de sa femme. Pourtant, elle ne lui avait jamais interdit de croire en ce qu’il aimait, en ce qu’il faisait de lui ce qu’il était. Elle avait toujours eu peur pour lui, peur qu’il ne perde la vie dans une cause dont elle ne partageait pas les convictions. Mais elle pouvait comprendre ce que c’était d’avoir des convictions et d’y croire. Alors elle se contentait de le soutenir et de croiser les doigts pour qu’il ne lui arrive rien. Et pour ne pas lui attirer d’ennuis, elle avait décidé de ne jamais tenter d’imposer sa façon de voir les choses, de ne jamais en parler.

Elianne aimait la plage, elle aimait la nature, elle aimait les choses vraies, et elle s’intéressait aux moldus. C’était bien la seule et unique chose que Nathaniel n’aimait pas chez elle. Pourtant, jamais il n’avait essayé de changer ce trait de sa personnalité. Même quand elle lui avait dit vouloir vivre dans une grande ville remplie de moldus. Il lui avait cédé, comme toujours. Et ils avaient donc vécu dans un grand appartement, à dix mètres de la plage. Parce que finalement, se lever tous les matins et la voir se pencher sur la balustrade pour observer le lever de soleil, il n’y avait rien de plus beau au monde. Un an plus tard, elle était tombée enceinte…

Nathaniel avait réussis à la convaincre que la ville n’était pas le meilleur environnement pour élever leurs jumeaux. Alors ils avaient emménagés dans un immense manoir, dans un village près de Nice. Les deux petits garçons étaient donc nés, le dix-huit février, sous un ciel complétement bleu. Les deux frères avaient hérité des cheveux de leur père c’était certain. Pourtant, Kris avait les yeux gris, presque noirs, de son père, alors qu’Axel avait les yeux émeraude de sa mère. La famille vécut dont dans le Manoir. Les jumeaux eurent la meilleur éducation qu’il était possible d’avoir. Leur père leur présentait ses convictions, ses attirances, ses désirs en matière de sang, de pouvoir. Alors que leur mère leur apprenait la douceur, le partage, l’amour. L’un devint plus froid, plus arrogant, plus fier de ce qu’il était. Alors que l’autre s’ouvrit aux gens, devint curieux de tout, souvent joyeux.

Pourtant les deux frères restèrent particulièrement liés. Ils vivaient l’un pour l’autre, sous l’amour que leur offraient leurs parents. Ils étaient une famille plutôt unie, aimante. Kris et Axel s’amusaient à faire des projets d’avenir, s’imaginant faire le tour du monde ensemble, se marier le même jour, avoir des enfants qui joueraient ensemble. Jusqu’à la mort d’Elianne… Tout fut anéanti.

Nathaniel se renferma sur lui-même. Les enfants furent en grande partie élevés par leurs grands-parents, vivant avec eux dans les montagnes Françaises. Leur père s’absentait constamment, ne disant jamais à ses fils où il allait. Les jumeaux eurent énormément de mal à se relever de la perte de leur mère et de l’absence de leur père. Kris développa une légère haine envers son père, se sentant abandonné, alors qu’Axel préféra l’imaginer en train de se venger constamment, punissant les moldus pour ce qu’il était arrivé à sa mère. Les jumeaux commencèrent lentement à s’éloigner l’un de l’autre…

Axel entra à Durmstrang, voulant suivre les traces de son père, alors que Kris préféra aller à Beaubâton. Personne ne les en empêcha, on les laissa choisir. Kris y développa son courage, sa curiosité, sa joie. Il reprit vite goût à la vie, bien décidé à n’en vouloir à personne pour ce qu’il était arrivé. Axel quant à lui, devint un peu plus noir, s’intéressant à la magie qu’aimait utiliser son père, développant un goût prononcé pour la souffrance sur les autres, sur la vengeance. Il devint particulièrement arrogant, souvent considéré comme sans cœur. Il se fit quand même énormément d’amis et développa une certaine attirance pour la fête et le non respects des règles. On le surprit souvent à sécher les cours ou à organiser des fêtes dans les endroits interdits de l’école. Il devint rapidement populaire, se créant une nouvelle vie, loin de celle qu’il avait toujours connu. Il était admiré, presque aduler parfois, et il aimait ça. Il apprit aussi vite à draguer et fit tomber de nombreuse fille, s’amusant du charme qu’il avait sur elles. Il était assez fier de son palmarès. Même s’il n’avait jamais fait de mal, physiquement, à l’une d’entre elle. Il était toujours resté particulièrement attentionné avec elle, toujours dans son propre intérêt, mais il n’avait jamais réussi à supporter l’idée qu’on fasse du mal à une fille, même psychologiquement. Il ne leur avait donc jamais rien promis, certainement pas l'amour.

Axel se montra très intelligent et doué pour de nombreux sorts. Il montra aussi une très bonne capacité à obtenir tout ce qu’il voulait quand il voulait, même au dépend d’autrui. Il ne retournait chez ses grands-parents qu’aux grandes vacances et ne voyait donc que rarement son père. Pourtant, il développa une grande complicité avec lui, Nathaniel aimant ce que son fils était en train de devenir. Axel et Kris se voyaient de moins en moins.



Votre histoire après Poudlard

Puis ils eurent dix-sept ans, et commencèrent à faire leur choix de vie. Kris semblait décidé à continuer sa vie dans la joie et la bonne humeur, trouvant son plaisir dans celui des autres, cherchant souvent à aider. Il s'orienta donc dans l'enseignement. Il passa rapidement son diplôme et commença à travailler dans l'école où il avait été. Une fois là-bas, leur séparation fut totale. Les deux hommes ne se donnèrent plus aucune nouvelle, faisant chacun leur vie de leur côté, complétement séparés par leurs idéologies de vie, leurs convictions et surtout, l'amour pour l'un et la haine pour l'autre envers leur père. Kris avait beau n'en vouloir à personne pour la mort de sa mère, il vouait une certaine haine envers son père qui les avait laissé tomber alors qu'ils avaient eu besoin d'un parent en étant jeune. Alors qu'Axel de son côté, avait longtemps vénéré son père, le voyant comme un vengeur qui étouffait sa peine dans la souffrance des autres. Immanquablement, il partagea la haine de son père envers les moldus alors que son frère leur trouva une attirance amusante, comme le faisait sa mère. Axel, doué en Quidditch grâce à son père, suivit ses traces et devint lentement un joueur connu et doué, jouant aujourd'hui dans l'équipe Française où avait joué son père auparavant. Il n’en devint que plus arrogant et fier encore, prônant sans gêne la fierté de son sang et sa haine des moldus, ses êtres abjects.

Cette haine le poussa lentement à suivre les idées de son père. Axel était le seul ayant encore des nouvelles de lui de temps en temps, jusqu'à l'année dernière. Depuis près d'un an, son père semblait inexistant. Axel avait fini par ne plus fréquenter personne dans sa famille, abandonnant aussi ses grand-parents quelques années plus tôt. Morts aujourd'hui, leur maison en montagne était abandonné et l'élevage tant aimé du grand-père tomba en ruine. Kris ne fit jamais de réapparition et Axel finit par déménager à Londres. En effet, il avait entendu parler d'une personne qui l'intéresser particulièrement. Il fit son possible pour rencontrer le Lord et ne fut pas dessus de ses efforts. Il entra dans ses rangs, bien décidé à se montrer un de ses plus fidèles serviteurs, dans le but de reprendre le flambeau de son père. Vengeance ou amour de la souffrance, il ne cherchait plus à savoir pourquoi il faisait ça. Sa haine étant devenue trop forte pour être étouffé, il se fondit dans la population, gardant son job d'attrapeur de l'équipe Françaises où il part de temps en temps. Aujourd'hui il vit parmi la population Londonienne, s'étant acheté une grande demeure à Candom Town. Il a reprit sa vie de fêtard, joueur et arrogant, devant caché la marque qu'il porte à l'avant bras, pourtant fier de celle-ci. Il cherche maintenant à entrer à Poudlard, en temps que professeur de vol ou entraîneur de Quidditch, une façon pour lui de se moquer de son frère qui aime tant son métier de professeur, et ainsi d'avoir une percée dans le château tant aimé de ce cher Dumbledore.



Arrogant, Fêtard, Joueur, Loyal, Vengeur.

Physiquement, je suis...

Il faut savoir qu’Axel a passé une bonne partie sa vie dans la même maison que son frère jumeau. Il le croisait des milliers de fois dans les couloirs, à table, dans les chambres. Ils étaient inséparables à l’époque et rien ne pouvait les différencier physiquement à part leurs yeux. Ils s’amusaient d’ailleurs souvent, étant petits, à se faire passer l’un pour l’autre auprès des personnes qui ne les connaissaient pas assez pour savoir les différencier. En tout cas, pour se décrire, Axel a simplement besoin de regarder son frère. Sauf qu’aujourd’hui, ils sont plutôt différents sur de nombreux points, que ce soit physiquement ou psychologiquement. A commencer par leur façon de voir les choses, d’appréhender l’avenir, leur vie, le monde. Axel est devenu beaucoup plus sombre que Kris. Aujourd’hui, il le hait presque. Du moins, il tente de se faire croire à lui-même qu’il le hait. Pour lui, Kris salit leur sang en trainant avec des sangs de bourbe et rien n’est pire au monde que de salir le nom de sa famille.

Physiquement aussi ils commencent à se démarquer. En tout cas d’un point de vue vestimentaire. Axel aime en général les robes de sorciers, les capes, tout ce qui est noir. Le week-end, il porte plus facilement des tee-shirts, gris ou noir, très rarement de couleur, avec un jean simple, foncé la plupart du temps. Il ne porte que des vêtements de qualité. Il aime aussi mettre des chemises, toujours bien ouvertes au niveau du col, portée de façon à être à l’aise mais plus impressionnante qu’un tee-shirt lorsqu’il s’agit d’en mettre plein la vue. Il porte aussi très bien la cravate,  souvent à peine serrée, avec des couleurs vertes allant à merveille avec ses yeux. Ses yeux sont d’ailleurs le seul trait physique naturel qui le distingue de son frère. Ils sont émeraudes, profonds, et trahissaient facilement ses émotions avant. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui car il a depuis appris à afficher un masque, à se contrôler et à ne penser qu’à lui-même. Les jumeaux sont bruns, de la même chevelure quasiment noire de leur père. Axel se les coiffe à peine puisqu’il sait que c’est souvent une cause perdue, à cause des cheveux rebelles. Il est assez grand, plus grand que la moyenne, mais il n’est pas non plus le plus grand de ceux qu’il fréquente. Aujourd'hui, il se laisse aussi pousser la barbe, plus par fainéantise que par choix.

Pour ce qui est des traits distinctifs, Axel porte une boucle d’oreille à l’oreille gauche et un tatouage de dragon dans le dos, immense, dans les tons noirs. Sans parler bien entendu de la marque des ténèbres sur son bras, qu'il cache facilement grâce à ses chemises. Il se souvient s’être fait percé l’oreille en même temps que des amis lorsqu’il avait seize ans mais ne se souvient pas comment est arrivé le tatouage. Il s’est simplement réveillé avec, un lendemain de soirée.  Il a les traits de visage bien marqués et son regard est particulièrement envoûtant. Il le sait et aime jouer avec ça.


Moralement, je suis...

Axel a changé de personnalité au fur et à mesure de sa vie. Il a toujours eu certaines convictions, inculquées par son père, mais il a perdu sa douceur et son amour lorsqu’il a perdu sa mère. Le choc a été trop brutal pour un enfant de neuf ans à l’époque et il ne s’en est jamais remis même s’il refuse de l’avouer. Le fait qu’il ait aussi perdu son frère n’a pas arrangé les choses. Il est à l’origine des conflits qu’il y a entre eux deux mais il ne les résoudrait pour rien au monde. Son arrogance et sa fierté ont pris le dessus depuis bien trop longtemps sur lui. Tout ce qui l’importe maintenant, c’est l’image que les gens ont de lui. Il doit être perçu comme digne de son rang, digne de son sang. Il est un sang pur et il le clame haut et fort. Il aime par-dessus tout organiser des soirées avec ceux qui méritent de le fréquenter. Axel n’aime pas les règles et il les transgresse souvent, se fichant pas mal de ce que ça peut lui coûter. Il ne suit que ses propres règles et n’admet l’autorité de personne, si ce n’est celle de son maître. Tout a changé depuis bien trop longtemps en lui et il est fier de ce qu’il est devenu. Il n’a pas peur de grand-chose, il aime aussi prouver qu’il est le meilleur. Il est prêt à tout en général pour obtenir ce qu’il veut, même si cela va au détriment d’autrui. Il est devenu particulièrement égoïste et égocentrique, ne vivant aujourd’hui que pour lui-même. Malgré cela, jamais il n‘a fait de mal physiquement à une fille et il n’accepte pas que quelqu’un le fasse. Il ne sait pas pourquoi et il déteste qu’on lui pose la question ou qu’on fasse la moindre réflexion à ce sujet. Peut-être que dans le fond, il repense à sa mère… au mal qu’elle a subit. Même s’il ne le dira jamais.

Axel a  une once pour patronus. Il ne s’est pas vraiment posé la signification de ce patronus avant que son père ne lui dise que c’était celui de sa mère. C’est en discutant avec ses grands-parents qu’il a appris que le patronus d’Elianne avait changé lorsqu’elle avait rencontré Nathaniel. A l’époque, c’était un cheval. Comme elle, il était fougueux, indomptable, libre. Et puis elle est tombée amoureuse. Amoureuse de quelqu’un à l’âme de serpent. De quelqu’un qu’elle aimerait jusque dans la mort. Et son patronus est devenu une once, à la fois sauvage et douce. Pour sa famille, elle aura tout donné. Et Axel a hérité du même patronus que sa mère, même s’il n’en parle à personne et préfère dire que c’est pour son côté puissant que le félin l’a choisi. Enfin, pour ce qui de son épouvantard, il n’en a jamais parlé à personne et n’en parlera jamais à personne. Si vous êtes à ces côtés le jour où il se retrouve face à cette chose, vous verrez que sa plus grande peur se trouve être lui-même, mort. Mais en y regardant de plus près, ce que lui seul a compris dès le début, on s’aperçoit que ce n’est pas lui qui est inerte au sol, mais son frère…

Aujourd'hui, Axel aime la gloire que lui apporte son poste en tant que joueur de Quidditch compétant et connu dans le monde des sorciers. Il se délecte de l'admiration que lui porte ses fans. Ayant hérité de l'argent de ses parents, sans compter ce que lui rapporte son job, il a plusieurs propriétés, et se permet de dépenser de l'argent à tord et à travers, en vêtements, choses inutiles, et soirées hautes en couleurs. S'il a choisi de suivre le maître des Ténèbres, c'est en partie pour suivre la trace de son père et lui prouver qu'il peut lui faire confiance, mais aussi parce qu'il aime la souffrance. Il se plait dans la souffrance des autres, dans le pouvoir qu'il a sur quelqu'un de plus faible que lui. Et surtout,son rêve d'anéantir les moldus ne s'en voit que privilégié.


♦️ Prénom ou Pseudo : Nao
♦️ Âge : 22 ans
♦️ Expérience en rp : N'ai marre de cette question, ça dépend du point de vue, de la personne avec qui on RP, de l'histoire, du contexte... *ok je vais me pendre*
♦️ Tu as lu le règlement ? Ouep
♦️ Code : [validé par D.]
♦️ Double(s) compte(s) ? Vi Very Happy
♦️ Comment as-tu connus le forum ? Amenée par Siry x)
♦️ Que penses-tu du forum ? Je l'adore !
♦️ Quelque chose à dire ? La marmotte, elle met le chocolat dans le papier alu!

Questionnaire pour savoir quel genre de prof' tu es !

Spoiler:

» Si une bagarre à lieu et que plusieurs élèves de votre maison ainsi que celles d’autres maisons sont impliqués, auriez vous une tendance à protéger vos élèves des sanctions ?
(b)Peut être. Ca dépend des circonstances si çe n’est pas eux qui ont commencer pourquoi pas.. (Et surtout si j'ai quelques choses en échange!)

» Un élève injurie un autre élève de sang de bourbe pendant ton cour.
(b)Tu continue ton cour et fait semblant de n’avoir rien entendus. Mais au fond tu es complètement d’accord avec cet élève. (Et j'en rajoute une couche si je suis de bonne humeur.)

» Alors que tu ramasses les devoirs, un de tes élèves te dit qu’il ne trouve plus son devoir. Malgré le fait qu’il ait cherché partout.
(b)Tu lui accorde 1 jour de plus pour retrouvé son devoir ou le recommencer.

» Vous êtes plus pour..
(a)La pratique. Plus dangereux mais souvent plus instructif pour plus tard.


Dernière édition par Axel N. De Lucas le Mer 3 Juil - 13:40, édité 4 fois
avatar
Axel N. De Lucas

Messages : 4
Date d'inscription : 27/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry, it's me, the thing is : I'm Picky ! ~ Axou ~

Message  Xenia P. Romanova le Mar 28 Mai - 13:13

Ho oui un mangemort.

Bienvenue Smile

_________________

Métamorphomage

Spoiler:
avatar
Xenia P. Romanova
Her Royal Highness Princess Xenia Petrovna Romanova of Russia


Messages : 570
Date d'inscription : 05/10/2010
Age : 26
Localisation : Paradise

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry, it's me, the thing is : I'm Picky ! ~ Axou ~

Message  Axel N. De Lucas le Sam 29 Juin - 18:37

Merci Xenia Very Happy

Désolé pour le retard dans ma fiche u_u J'ai fini l'histoire mais je ne suis pas tout à fait sûr qu'il fallait posté comme ça donc dîtes moi s'il y a des modifications à faire.

Je m'occupe de la partie physique et morale ce week-end.
avatar
Axel N. De Lucas

Messages : 4
Date d'inscription : 27/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry, it's me, the thing is : I'm Picky ! ~ Axou ~

Message  Dorcas Meadowes le Dim 30 Juin - 15:23

J'ai pas encore lu mais au pire, t'inquiète pas, si c'est qu'une histoire de mise en forme c'est pas très grave Wink

_________________


"Heroes are born to be troublemakers."
avatar
Dorcas Meadowes
Kick-ass girl


Messages : 1114
Date d'inscription : 28/06/2011
Localisation : Poudlard

Voir le profil de l'utilisateur http://entrechats.over-blog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry, it's me, the thing is : I'm Picky ! ~ Axou ~

Message  Axel N. De Lucas le Mer 3 Juil - 13:42

Ok ^^

Bon bah voilà j'ai terminé de mon côté, j'attends pour voir s'il y a des modifications à faire 8D
avatar
Axel N. De Lucas

Messages : 4
Date d'inscription : 27/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry, it's me, the thing is : I'm Picky ! ~ Axou ~

Message  Dorcas Meadowes le Jeu 4 Juil - 10:53

Comme de coutume avec toi... une fiche parfaite ! Wink
Deux questions avant de te valider (ce qui ne sera qu'une formalité, comme tu vas le voir) :
* Voudrais-tu faire du frère jumeau, Kris, un DC à prendre par un autre joueur ?
* Ton personnage n'est pas encore professeur à Poudlard, c'est bien cela ? Il veut juste s'installer là-bas ? On pourrait lui faire passer un entretien via rp (par exemple avec le Maître Jeu en guise de Dumbledore Wink).

_________________


"Heroes are born to be troublemakers."
avatar
Dorcas Meadowes
Kick-ass girl


Messages : 1114
Date d'inscription : 28/06/2011
Localisation : Poudlard

Voir le profil de l'utilisateur http://entrechats.over-blog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry, it's me, the thing is : I'm Picky ! ~ Axou ~

Message  Axel N. De Lucas le Jeu 4 Juil - 12:03

Merci Dorcas *-*

Alors oui à la base c'était le but de faire de Kris un scénario à prendre, ce serait marrant de voir les deux frères devenus complétement différents se retrouver x)

Et effectivement, il n'est pas à Poudlard, il est à Londres pour le moment. J'avais dans l'idée de faire un RP ou autre pour trouver des arguments pour qu'il y ait sa place. D'une part il veut embêter son frère en faisant le ême métier que lui pour lui prouver que n'importe qui peut le faire x) et d'autre part ça permet aux mangemorts d'avoir une percée au château. Du coup il aimerait bien avoir un job là-bas, genre prof de vol ou coach de Quidditch, un truc comme ça. Puis comme il est curieux c'est aussi pour s'amuser qu'il veut le faire xD
avatar
Axel N. De Lucas

Messages : 4
Date d'inscription : 27/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry, it's me, the thing is : I'm Picky ! ~ Axou ~

Message  Dorcas Meadowes le Jeu 4 Juil - 12:28

Ok, super ! Bah pour lui donner une bonne raison... il y en a plein ! Mais on pourra voir un RP avec le MJ, ou bien avec Victoria O'Sullivan, qui travaille au Ministère aussi Wink

Bon, eh bien... tu es désormais... ♫ validé ♪ !

Bon jeu à toi parmi nous. Contacte moi dès que la fiche de poste vacant de Kris est prête Wink

_________________


"Heroes are born to be troublemakers."
avatar
Dorcas Meadowes
Kick-ass girl


Messages : 1114
Date d'inscription : 28/06/2011
Localisation : Poudlard

Voir le profil de l'utilisateur http://entrechats.over-blog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry, it's me, the thing is : I'm Picky ! ~ Axou ~

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum